Navigation des articles

equipe-jobboom

Formation gagnante : formations des enseignants de l’enseignement professionnel au secondaire et au collégial

Pour enseigner en formation professionnelle, il faut être titulaire d’un diplôme d’études professionnelles et avoir acquis un minimum de deux ans d’expérience dans un métier. Le candidat qui présente cette qualification doit ensuite démontrer des aptitudes pour l’enseignement et parfaire sa formation en conséquence.

Découvrez l’édition 2014 du guide
Les carrières d’avenir.

Rôle et tâches

Manon Lavigne, enseigne en formation professionnelle; l’administration, le secrétariat, l’informatique et la vente sont ses spécialités. C’est après avoir travaillé dans le domaine bancaire pendant 15 ans qu’elle a été embauchée par une commission scolaire. «Les élèves ­choisissent la formation professionnelle parce qu’ils sont prêts à exercer un métier, explique Manon. C’est pourquoi je fonde mon enseignement sur la pratique et non sur la théorie. Mon approche du français, par exemple, ­s’appuie sur des documents liés au domaine administratif [des notes de service, des lettres d’affaires, des procès verbaux, etc.].»

L’enseignant en formation professionnelle doit composer avec des classes très diversifiées : «Mes élèves ont entre 17 et 55 ans et viennent de tous les milieux et de toutes les cultures, poursuit Manon. Ils n’ont pas tous la même expérience ni le même bagage intellectuel, ils ne sont pas tous là pour les mêmes raisons, mais ils ont en commun la volonté d’apprendre un métier.»

De plus, la clientèle est parfois difficile. «Il arrive que je doive rétablir la discipline en classe, et les abandons sont fréquents à cause des exigences de la formation.» L’enseignement de Manon Lavigne favorise le travail coopératif, un moyen de coller à la réalité du marché du travail et d’inculquer les valeurs de respect, d’entraide et de tolérance. «Parfois, 50 % de la classe est multiethnique. J’organise des dîners multiculturels pour démythifier les différences et parler des préjugés qui y sont liés. Ces activités ne sont pas dans le plan de cours du Ministère, mais ce sont des initiatives que je juge très riches au point de vue pédagogique.»

Qualités recherchées

L’enseignant en formation professionnelle doit être un communicateur ­efficace et surtout un bon pédagogue. L’autonomie et le sens de l’orga­ni­sation sont également essentiels dans ce domaine. «Il faut s’intéresser à tout, avoir le feu sacré et beaucoup de patience, ajoute Manon. Comme on se transforme parfois en parent, en psychologue, en tuteur et même en ­infirmière, ça prend une grande disponibilité et une bonne capacité ­d’écoute, de l’entregent et de la diplomatie.»

Bien qu’il soit expert dans sa discipline, c’est le chapeau de l’enseignant que le diplômé doit porter, selon Marc Tardif, responsable des programmes de formation professionnelle de l’Université de Sherbrooke. «Il doit savoir mettre son métier en mots et le transmettre au moyen d’exercices et d’activités, afin que les élèves puissent se l’approprier.»

Défis et perspectives

La formation professionnelle au secondaire compte plus de 150 spécialités. Depuis 2003, le baccalauréat est obligatoire pour enseigner et il ne suffit plus d’être spécialiste de son métier. Les personnes intéressées trouveront parfois ardu de suivre cette formation tout en travaillant dans leur domaine.

Une fois sur le marché du travail, il leur faudra maintenir leurs connaissances à jour dans leur spécialité et apprendre à composer avec la précarité du métier, puisqu’elles devront souvent travailler à forfait.

«Comme toujours en enseignement, la charge de travail est importante et il faut s’attendre à y consacrer beaucoup d’heures avec la préparation des cours, les cours eux-mêmes et la correction d’examens», prévient Marc Tardif. 03/01 (mise à jour 03/07)

L’obtention du brevet d’enseignement, émis par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport du Québec, est une condition essentielle pour pouvoir enseigner au primaire et au secondaire.

Horaires et milieux de travail

• Peu de postes sont permanents, et la plupart des enseignants en formation professionnelle sont contractuels. Ils sont embauchés par les commissions scolaires et les entreprises (petites, moyennes et grandes).

• Les horaires sont variables, de jour ou de soir.

Champs d’intérêt
• accorde de la valeur au savoir
• préfère travailler avec des personnes et communiquer
• aime se sentir utile, aider et transmettre des connaissances
• aime relever des défis, innover

Aptitudes
• personnalité chaleureuse, dynamique et assurée
• polyvalence
• maîtrise du langage et de la communication
• créativité, capacité d’adaptation
• sens de l’organisation et patience
• maîtrise de la discipline enseignée

Nombre de diplômés 79
Diplômés en emploi 91,9 %
À temps plein 89,5 %
En rapport avec la formation 88,2 %
Aux études 3,2 %
Taux de chômage 1,7 %
Salaire hebdomadaire moyen 1 267 $
Source : La Relance à l’université, MELS, 2011.

Comment interpréter l’information

Pour connaître les établissements qui offrent ce programme, consultez le Répertoire des universités canadiennes.

Partager