Navigation des articles

equipe-jobboom

Formation gagnante : Conduite et réglage de machines à mouler

Après avoir été soldat d’infanterie pendant trois ans, Serge Sinclair a décidé de changer de métier. Il a été attiré par le domaine de la plasturgie. «Comme cette industrie est encore jeune, j’ai tout de suite vu qu’il y avait place pour le développement, l’innovation et l’avancement.»

Découvrez l’édition 2014 du guide
Les carrières d’avenir.

Rôle et tâches

Le conducteur-régleur de machines à mouler voit au bon fonctionnement des appareils qui servent à donner une forme au caoutchouc ou à la matière plastique et en assure la maintenance. Il peut s’agir d’une machine qui moule des poubelles, des seaux, des tuyaux

ou des jouets en plastique, mais aussi des pneus de voiture, des courroies de transmission ou des semelles en caoutchouc. En plus de s’assurer du bon fonctionnement de l’outillage, il installe les moules sur la machine et il effectue des réparations mineures aux appareils. Il joue également un rôle dans le contrôle de la qualité des produits auxquels il donne forme.

La formation suivie par le diplômé comprend des notions d’hydraulique, de pneumatique, d’électricité et d’entretien des machines.

Serge Sinclair travaille chez Recyc RPM, une entreprise spécialisée dans le recyclage de matières plastiques. «J’ai réussi à devenir directeur de la production avec mes seules connaissances acquises au Centre sectoriel des plastiques et, bien sûr, grâce à mon expérience. Aujourd’hui, je suis responsable, entre autres, de la gestion de la production et des activités de l’entreprise. Ma bonne connaissance des résines me permet de coordonner la production des mélanges de matières plastiques.»

Serge dirige également les employés, forme les recrues et essaie de trouver de nouveaux moyens pour optimiser le rendement de l’usine.

Qualités recherchées

«Quand j’ai commencé à travailler, je m’intéressais à plusieurs aspects de l’usine et je posais beaucoup de questions, explique Serge. J’essayais aussi de proposer de nouvelles idées pour améliorer les procédés et l’efficacité de l’entreprise. J’ai fait preuve de débrouillardise et d’initiative, et mes patrons ont vu que j’avais le potentiel pour avancer.»

Les diplômés doivent être minutieux et consciencieux, puisqu’ils travaillent avec des équipements très coûteux. L’esprit d’équipe est également un atout essentiel, même si la majeure partie du travail s’effectue en solo. «Il est important de parler avec ceux qui prennent la relève pour transmettre l’information sur les problèmes expérimentés ou les améliorations apportées.»

Défis et perspectives

«Les diplômés doivent s’adapter aux nouvelles technologies», souligne Louise Maillette, enseignante au DEP en conduite et réglage de machines à mouler au Centre de formation professionnelle de Memphrémagog.

Pour suivre les avancées dans ce domaine, il est donc impératif que les opérateurs gardent leurs connaissances à jour, notamment en ce qui concerne l’automatisation et la robotisation des machines.

Avec les changements technologiques, le travail s’effectue aussi plus vite. Diverses techniques de production commencent à être introduites, comme le SMED (Single Minute Exchange of Die), qui permet de changer rapidement les outils lors du passage d’un produit à un autre. La capacité d’adaptation constitue donc une qualité essentielle afin de rester dans la course.

L’expérience aidant, le diplômé peut accéder aux postes de superviseur, de chef d’équipe ou de contrôleur de la qualité. 05/03 (mise à jour 04/07)

* Cette formation offre la possibilité de travailler dans les industries du plastique ou du caoutchouc.

Horaires et milieux de travail

  • On trouve les conducteurs-régleurs de machines à mouler dans les usines de transformation du
  • caoutchouc et de fabrication de matières plastiques.
  • Le moulage du caoutchouc procure un environnement de travail moins confortable que le moulage des matières plastiques, surtout en ce qui a trait aux odeurs et aux températures.
  • Les journées de travail durent de 8 à 12 heures pour un total de 40 heures hebdomadaires, selon les horaires de production de l’usine.
  • Comme certaines entreprises n’arrêtent jamais leur production, les employés peuvent travailler selon un horaire rotatif de jour, de soir et de nuit. Plusieurs sont aussi en poste la fin de semaine.


Champs d’intérêt

  • aime la technologie, la mécanique et l’électronique
  • aime travailler avec des machines automatisées ou informatisées et en comprendre le fonctionnement
  • aime observer, manipuler, vérifier et calculer
  • aime résoudre des problèmes


Aptitudes

  • sens de l’observation et grande facilité d’apprentissage intellectuel et technique
  • esprit logique, méthodique et analytique
  • dextérité, rapidité et précision d’exécution
  • autonomie, minutie et sens des responsabilités

Statistiques

Nombre de diplômés 18
Diplômés en emploi 84,6 %
À temps plein 100,0 %
En rapport avec la formation 81,8 %
Aux études 7,7 %
Taux de chômage 0,0 %
Salaire hebdomadaire moyen 748 $

Source : La Relance au collégial en formation technique, MELS, 2011.

Comment interpréter l’information

Pour connaître les établissements qui offrent ce programme, consultez l’Inforoute de la formation professionnelle et technique.

Partager