Navigation des articles

equipe-jobboom

Profession : audioprothésiste

«Les élèves dans ce domaine ont de très gros défis à relever. Les cours sont extrêmement exigeants, il faut être tenace pour réussir à obtenir son diplôme, mais croyez-moi, ça vaut la peine!» Gaston Girard a trouvé du travail dans un cabinet privé aussitôt son diplôme en poche.

Pour en savoir plus sur cette formation : Carrières d’avenir : Audioprothèse

Rôle et tâches

L’audioprothésiste est un professionnel de la santé qui vend, pose, ajuste et répare les prothèses auditives nécessaires aux personnes atteintes d’un problème d’audition.

Il détermine la solution prothétique optimale à partir d’une batterie de tests et de l’analyse des problèmes d’écoute et de communication du patient. Les prothèses sont de plus en plus sophistiquées et esthétiques et peuvent être installées dans l’oreille ou derrière le pavillon de l’oreille.

L’audioprothésiste ne peut vendre d’appareil sans une attestation du besoin d’appareillage émise par un médecin, un oto-rhino-laryngologiste ou un audiologiste; il travaille donc en collaboration avec eux.

Il prépare ensuite l’appareil qu’il a sélectionné et préréglé et reçoit le client pour l’installation et les ajustements finaux. «Plus le problème d’audition est lourd, plus la prothèse peut être grosse. C’est parfois difficile à faire accepter aux patients, car c’est souvent un des premiers signes de perte d’autonomie pour eux», explique Gaston.

Qualités recherchées

L’audioprothésiste doit posséder un bon esprit d’analyse qui lui permettra de prendre les décisions qui s’imposent selon le cas qui lui est soumis. «Il s’agit d’optimiser le rendement audioprothétique en tenant compte des choix du patient et des limites de la technologie utilisée. On peut donc dire que notre domaine allie la compétence sur le plan de la technologie et au point de vue de la relation d’aide avec les patients, l’une étant tout aussi importante que l’autre», précise Yves Tougas, responsable de la coordination du programme d’audioprothèse et professeur au Collège de Rosemont.

Aimer travailler avec les personnes âgées et être patient sont de précieux atouts, car l’audioprothésiste doit expliquer le fonctionnement de l’appareil et prodiguer des conseils d’adaptation personnalisés. «Les personnes âgées composent la majeure partie de notre clientèle. Ces personnes ont souvent des troubles de mémoire et le soutien de la famille est souhaitable. Ça prend beaucoup de tact, de diplomatie, d’empathie, mais surtout une bonne capacité d’écoute», ajoute Gaston.

L’audioprothésiste doit être minutieux et habile manuellement, car il est appelé à faire de délicates manipulations sur des prothèses de plus en plus miniaturisées. «Il faut aimer à la fois l’électronique et la technologie», souligne Gaston.

Évidemment, pour le diplômé qui a choisi d’ouvrir son propre cabinet, des qualités de gestionnaire sont essentielles.

Défis et perspectives

L’audioprothésiste doit se mettre à jour continuellement pour suivre l’évolution de la technologie. L’Ordre des audioprothésistes du Québec organise un congrès annuel et convie les diplômés et les étudiants à y assister. «Les appareils sont de plus en plus performants, dit M. Tougas. L’intégration de la technologie numérique à la microamplification permet un ajustement plus raffiné qui optimise le confort dans différents environnements, par exemple quand on est au restaurant ou à l’extérieur. Deux ou trois programmes d’écoute sont possibles.»

Après avoir analysé le son, le microprocesseur effectue automatiquement les adaptations selon l’endroit où se trouve le porteur, et ce, de façon continue.

Selon M. Tougas, outre la miniaturisation des appareils, l’évolution la plus constante de la technologie se remarque dans la précision de l’ajustement et la qualité du son. «On a le son d’un disque laser, très pur, presque sans distorsion.»

«La nouvelle ère numérique est prometteuse. Nos limites sont constamment repoussées, ce qui permet de répondre toujours plus efficacement aux besoins des personnes malentendantes. C’est motivant de savoir que l’on peut aider de plus en plus de personnes!» conclut Gaston.

NDLR : Les personnes citées dans ce texte peuvent avoir changé d’emploi depuis l’entrevue, mais leur témoignage demeure utile à la compréhension du métier illustré.

Horaires et milieux de travail

  • L’audioprothésiste travaille toujours en pratique privée, que ce soit pour son compte ou en tant qu’employé.
  • Certains diplômés choisissent de devenir représentants pour une compagnie de prothèses auditives.
  • Les horaires sont très réguliers : jour, du lundi au vendredi, sauf dans certains cabinets qui ouvrent le soir ou le samedi.

Champs d’intérêt

  • aime écouter et aider les personnes, expliquer et vulgariser
  • aime la médecine, le domaine de la santé
  • aime faire un travail autonome
  • aime créer (à partir deproblèmes concrets)
  • aime le travail manuel et les instruments de précision

Aptitudes

  • autonomie et initiative
  • patience et sensibilité envers les personnes
  • facilité à communiquer (écouter et expliquer)
  • grande dextérité et grande acuité de perception visuelle
  • grand souci du détail et sens des responsabilités
Découvrez une centaine de formations gagnantes offrant d’excellentes perspectives d’emploi dans notre section Carrières d’avenir.
Partager