Navigation des articles

equipe-jobboom

Profession : actuaire

Le rôle de l’actuaire consiste à estimer les probabilités que certains événements se produisent et à en déterminer les conséquences financières. L’actuariat met donc les mathématiques au service des gens. «Nous avons vraiment l’impression que notre travail se reflète sur la société, explique l’actuaire Louise Frankland. Nous voyons l’impact concret de nos décisions dans la vie de tous les jours.»

Pour en savoir plus sur cette formation : Carrières d’avenir : Actuariat

Rôle et tâches

Puisque l’actuariat porte sur la gestion des risques, bon nombre des professionnels dans ce domaine œuvrent dans le secteur de l’assurance. C’est le cas de Louise Frankland, qui s’est spécialisée dans l’assurance de dommages, particulièrement en automobile et en habitation.

Inscrite au baccalauréat en mathématiques de l’Université de Montréal, elle a voulu trouver une façon concrète d’appliquer ses connaissances; elle s’est alors orientée vers le baccalauréat spécialisé en actuariat à l’Université Laval. «Cette discipline permet de trouver un bon équilibre entre la théorie et la pratique», fait-elle valoir.

Louise Frankland est maintenant directrice, tarification et actuariat chez Optimum Général, à Montréal, une compagnie dans le domaine de l’assurance de dommages. Elle voit à établir la tarification des produits d’assurance offerts par son entreprise. Pour ce faire, elle analyse de multiples données sur les facteurs susceptibles d’influencer le risque de vol ou d’accident encouru par les personnes désirant souscrire une assurance habitation ou une assurance automobile.

Dans le cas d’une assurance automobile, par exemple, ces données peuvent porter sur l’âge du conducteur, ses années d’expérience ou le modèle de sa voiture. L’actuaire analyse toutes les variables qui s’appliquent, en tire des conclusions et suggère des tarifs pour les produits d’assurance en fonction du potentiel de risque.

Qualités recherchées

Selon Louise Frankland, les actuaires doivent faire preuve d’une grande capacité d’analyse et de synthèse afin de traiter rapidement les données et de dégager des tendances à partir des statistiques. La créativité et la curiosité intellectuelles sont très utiles au moment d’aborder les problèmes sous des angles nouveaux et de donner une signification concrète à des séries de données.

La discipline et la rigueur s’imposent également, car les études continuent bien après l’entrée sur le marché du travail. S’ils souhaitent obtenir le titre professionnel de fellow décerné par leur organisme professionnel, l’Institut canadien des actuaires, les diplômés doivent en effet passer une série d’examens qui s’échelonne habituellement sur une période de trois à huit ans. Ils mènent alors de front carrière et études.

Défis et perspectives

Il n’est pas nécessaire d’être fellow pour travailler comme actuaire, mais la notoriété et la reconnaissance que procure le titre garantissent aux diplômés un salaire enviable et d’excellentes possibilités d’avancement.

«Les fellows ont davantage accès à des postes de gestion», fait remarquer Michel Giguère, professeur agrégé et directeur de l’École d’actuariat de l’Université Laval. Il ajoute que les compétences des actuaires sont recherchées dans plusieurs milieux.

Outre les secteurs d’emploi traditionnels, comme les compagnies d’assurance ou les organismes gouvernementaux, les diplômés en actuariat peuvent travailler dans le milieu industriel, où ils suscitent un intérêt croissant. En effet, les entreprises se préoccupent de plus en plus des risques environnementaux ou sanitaires que suppose la fabrication de leurs produits.

«Les actuaires étant des spécialistes de l’évaluation des risques, ils sont bien placés pour mettre en place des modèles permettant d’en faire une estimation», explique M. Giguère. 05/07

Le diplômé doit être admis par l’Institut canadien des actuaires pour porter le titre d’actuaire.

NDLR : Les personnes citées dans ce texte peuvent avoir changé d’emploi depuis l’entrevue, mais leur témoignage demeure utile à la compréhension du métier illustré.

Horaires et milieux de travail

  • Les actuaires travaillent selon des horaires de bureau réguliers, de 9 h à 17 h; des heures supplémentaires sont parfois nécessaires pour répondre aux urgences ponctuelles.
  • On trouve les diplômés dans le secteur public (Régie des rentes, Société de l’assurance automobile); le secteur privé (compagnies d’assurance, bureaux d’actuaires-conseils); le secteur industriel (entreprises nécessitant une expertise en gestion des risques).
  • Dans le secteur de l’assurance, les actuaires peuvent œuvrer dans deux branches : l’assurance de personnes et la sécurité sociale, qui porte sur les probabilités de réalisation à long terme d’événements potentiels, comme la maladie ou l’invalidité; l’assurance de dommages, qui porte sur les risques concrets à court terme, comme le vol ou l’incendie.

Champs d’intérêt

  • aime les mathématiques, les statistiques
  • préfère un travail concret et pratique
  • aime analyser, comparer, évaluer et déduire (probabilités)
  • aime travailler en équipe

Aptitudes

  • grand sens de la logique et forte habileté pour les mathématiques
  • initiative et pragmatisme
  • précision, minutie et méthode
  • grands sens critique et de l’analyse
  • habileté à la communication, bilinguisme
Découvrez une centaine de formations gagnantes offrant d’excellentes perspectives d’emploi dans notre section Carrières d’avenir.
Partager