Navigation des articles

maxime-johnson

Fonder un parti politique


Week-end

Fonder un parti politique

Les dernières élections provinciales vous ont laissé un goût amer? Vous déplorez que nos élus soient tous des pourris/cyniques/autre qualificatif peu flatteur de votre choix? Ce week-end, prenez les choses en main et fondez votre propre parti politique. Rien de moins.

Énoncez tout d’abord les grandes lignes de votre programme. Partez des enjeux qui vous tiennent à cœur. Quelques idées pour lancer votre réflexion :

  • la fin de la corruption;
  • la transparence;
  • l’exploitation durable des ressources naturelles;
  • la madamisation des médias.

Une fois vos principes fondateurs énoncés, trouvez au moins 100 membres (le nombre minimum requis) qui épouseront votre cause et inscrivez-vous auprès du Directeur général des élections du Québec. Votre demande devrait être traitée dans environ deux mois. Vous obtiendrez alors une autorisation qui vous permettra de récolter des contributions, de contracter des emprunts et de faire des dépenses à titre de parti politique.

Sortez ensuite votre Rolodex et contactez vos connaissances à la grandeur du Québec pour les convaincre de se présenter avec vous au prochain scrutin. Ne vous inquiétez pas si vous peinez à recruter 125 candidats d’un coup, les Québécois ne retourneront vraisemblablement pas aux urnes avant quelques années.

Question de montrer l’exemple, menez vos activités sans débourser un sous (sans dépenses, il n’y a pas de financement, et sans financement, la politique serait bien plus jolie). Tenez des réunions par vidéoconférence, montez vos états financiers et votre plateforme à l’aide de logiciels ouverts, etc. Dans une campagne éventuelle, vous pourrez miser sur le porte-à-porte et les vidéos virales, deux stratégies peu coûteuses.

Prenez un moment pour savourer vos économies de 5 973 578 $ par rapport aux dépenses du Parti libéral du Québec en 2011.

«La politique est un passage obligé pour changer une société», a dit le Nobel de littérature Mario Vargas Llosa. On compte sur vous pour la transformer pour le mieux!

Envers et contre tous

À la défense des fournitures scolaires

Chaque année, les étalages de fournitures scolaires dans les pharmacies et magasins à grande surface donnent de l’urticaire à plusieurs. Trois raisonnements expliquent cette réaction :

  • C’est la rentrée. L’été, cette saison merveilleuse faite de baignade et de cinq à sept qui s’étirent, est bel et bien terminé.
  • C’est la rentrée. Je ne retourne pas en classe. Je suis donc bien rendu vieux/vieille. (Soupir nostalgique.)
  • C’est la rentrée. Ma tendre progéniture va encore me coûter 650 $ en classeurs/crayons/souliers neufs.

Pourtant, les fournitures scolaires ont du bon. Commencer l’année avec du matériel tout neuf est l’une des rares jouissances de la rentrée scolaire pour les jeunes. Les en priver, c’est pratiquement leur donner une raison de plus de décrocher, même à neuf ans.

Le sentiment que «la rentrée, c’est la vraie nouvelle année» est utilisé à toutes les sauces dans notre belle société. Aussi bien l’inculquer à nos jeunes le plus tôt possible. Et après avoir terminé l’année précédente avec des classeurs déchirés, des crayons mâchouillés et des gommes à effacer qui salissent plus qu’elles ne font disparaître, rien de mieux que des fournitures neuves pour avoir une impression de nouveau départ.

À l’ère de l’informatique et du traitement de texte, des beaux crayons et du papier fancy constituent aussi les dernières armes pour encourager les petits à apprendre à écrire à la main. Mieux vaut mettre toutes les chances de notre côté en ne lésinant pas sur le matériel.

Ceux qui doutent encore de la beauté des fournitures scolaires n’ont qu’à réécouter la légendaire montée de lait de Jean-Luc Mongrain d’il y a quelques années sur l’achat obligatoire de Duo-Tang et de crayons de couleur (youtu.be/vmsB9yJXJdc). Ne serait-ce que pour avoir donné lieu à cette pièce d’anthologie, les fournitures scolaires méritent d’être célébrées!

Bonne app!

Des applications intelligentes pour téléphones intelligents

AirDroid

Plateforme : Android
Prix : gratuit
Un logiciel qui permet de contrôler son téléphone intelligent Android (installer ou enlever des applications, envoyer des SMS, télécharger des photos, ajuster des contacts, etc.) à partir d’un navigateur Web (et donc d’utiliser un véritable clavier plutôt qu’un petit clavier virtuel).

Voyages, voyages

Services | Traveling Baby

Vous voyagez aux États-Unis avec un poupon, et la perspective de transporter une poussette, une chaise haute, une valise pleine de jouets ne vous enchante guère? Traveling Baby permet de louer tout ce dont vous avez besoin et vous le livre directement à l’aéroport ou à votre hôtel.

L’aspirateur du mois

Dyson Ball DC37

Dyson : 599,99 $
La compagnie britannique Dyson peaufine ses aspirateurs Dyson Ball, qui fonctionnent sans filtre et sans sac. Le nouveau DC37 a une maniabilité améliorée – il est notamment conçu pour contourner les meubles sans verser sur le côté – et est moins bruyant par rapport aux anciens modèles. Idéal pour les «ménageophobes» endurcis!

À la pièce

Des chansons à télécharger en toute légalité chez votre disquaire virtuel préféré.

«Greenwashing»

tirée de l’album LADILAFÉde Tryö
Salut Ô Productions, 2012
À écouter… dans une manifestation.
Après une absence de quatre ans, ce populaire groupe français revient à la charge avec une chanson collée à ses racines, avec sa musique particulièrement entraînante, sa guitare acoustique omniprésente, son refrain chanté en chœur et son texte engagé dénonçant l’écoblanchiment.

«I’ll Be Alright»

tirée de l’album Gossamer de Passion Pit
Columbia, 2012
À écouter… en soirée.
La bande de Michael Angelakos est de retour avec cette pièce complètement éclatée qui devrait plaire aux amateurs de ce groupe originaire de Cambridge, aux États-Unis. Tous les éléments d’un succès pop électronique s’y retrouvent : des couplets dansants, un refrain optimiste, un rythme soutenu et des petits «oh oh oh» tout au long de la pièce!

Farniente

Jeu de société : Monopoly zAPPed

Hasbro : 29,99 $
Le célèbre jeu de société Monopoly évolue constamment, et cette nouvelle édition marque une sérieuse rupture avec le passé. On y joue avec un iPad, un iPhone ou un iPod touch (non inclus) qui fait office de banque électronique. Le gadget remplace aussi les traditionnelles cartes «Chance» et «Caisse de communauté» : les joueurs doivent réussir un petit jeu numérique pour sortir de prison, par exemple. On n’arrête pas le progrès.

Gadget : Casque d’écoute 3000 Series

Fanny Wang : 299,99 $
Le casque d’écoute haut de gamme 3000 Series de Fanny Wang offre à peu près tout ce que les amateurs recherchent dans ce créneau : un design tape-à-l’œil, mais confortable, une bonne fidélité sonore, un mode «basses accentuées» optionnel et une réduction active du bruit ambiant. Offert en blanc, en bleu ou en noir.

BD : Moments clés de L’Association (François Ayroles)

L’Association, 56 pages, 2012
Une courte série de dessins qui explorent les moments clés de la célèbre maison d’édition de bandes dessinées française L’Association (Persepolis, Shenzhen). Les vignettes humoristiques s’adressent à un lectorat qui connaît déjà les faits d’armes de L’Association, mais elles peuvent aussi donner le goût aux néophytes d’en apprendre davantage.

commentez@jobboom.com

Partager

SUR LE MÊME SUJET