Navigation des articles

shereen-joseph

Fiston est (encore) malade…

Dans une telle situation, comment obtenir un congé sans vous attirer les foudres de votre patron ou de vos collègues?

Pas facile de demander congé, surtout si votre enfant est souvent trop malade pour aller à l’école ou à la garderie. Voici les conseils de deux experts, qui expliquent comment vous, votre famille et l’entreprise peuvent tout de même en ressortir gagnants.

Droit au but

La plupart d’entre nous avons le sentiment de devoir fournir toutes les raisons du monde lorsque nous demandons congé. Mais la meilleure stratégie à adopter, c’est d’être franc sans entrer dans les détails. La plupart du temps, lorsqu’on en dit trop, c’est parce qu’on a peur de passer pour menteur; or, dans un tel cas, les autres croient que l’on invente des raisons! Faites plutôt votre demande en fonction de ce à quoi vous avez droit, selon les politiques de votre entreprise.

La culpabilité au rancart

Selon une étude subventionnée par Santé Canada en 2001, 61% des travailleurs professionnels canadiens occupent des postes dont la charge de travail est élevée. Nos tâches domestiques et professionnelles nous donnent souvent l’impression de ne plus savoir où donner de la tête. Lorsqu’on a l’impression de ne pas répondre aux exigences de tout un chacun, un sentiment de culpabilité nous envahit. Solution : demandez-vous ce que vous avez à offrir (à la maison et au boulot) et trouvez le juste milieu qui vous convient en faisant fi de la culpabilité. Si votre demande de congé est juste, il vous sera plus facile de convaincre le patron.

Présenter des solutions

Comme votre supérieur devra gérer votre absence, il faut être prêt à lui fournir un plan de match. Une suggestion : indiquez au patron que vous comprenez que votre absence risque d’alourdir la charge de travail des autres employés. Il appréciera sans doute que vous lui présentiez des façons de gérer votre boulot afin de minimiser les retombées quant à la production. Il peut aussi être opportun de faire une liste de tâches que vous pouvez accomplir de la maison (voir le point suivant) et de définir celles qui devront être attribuées à des collègues en raison de votre situation. Il s’agit d’être proactif.

Travailler de la maison

L’idée de travailler à la maison fait son chemin dans le monde du travail et c’est parfois la solution idéale selon le type de tâches à accomplir. N’oubliez pas que la plupart des patrons ont eux aussi une famille et comprennent votre situation tant qu’elle demeure dans les limites du raisonnable.

Merci à Mme Shirin Khamisa, conseillère en carrière et formatrice pour Careers by Design, à Toronto, et à M. Ken Zaborniak, conseiller en carrière pour Rockhurst Careers Group, à Ottawa.

Partager

SUR LE MÊME SUJET