Navigation des articles

anne-marie-tremblay

Être poursuivi par un employé congédié

Un employé congédié menace de vous traîner devant les tribunaux? Rien ne sert de jeter de l’huile sur le feu. Restez calme et évaluez la situation.

«Un travailleur a le droit de vous poursuivre s’il pense qu’il a été injustement traité. En général, il vaut mieux contacter un avocat pour vérifier que votre dossier a été correctement documenté et qu’il tiendra la route devant un juge», indique Jean-François Roy, conseiller en ressources humaines agréé (CRHA) cumulant plus de 15 ans d’expérience, entre autres comme directeur des ressources humaines.

Ouvrez la porte à la discussion

Plusieurs conflits se règlent à l’amiable. «N’hésitez pas à discuter avec la personne, à tenter de comprendre ses besoins, ses revendications», indique Carolina Castro, conseillère chez Vézina Nadeau Labre, une firme de transition de carrières.

Dans bien des cas, l’employé veut surtout négocier ses conditions de départ «Certaines personnes comprennent les raisons de leur congédiement, mais n’approuvent pas la façon dont l’entreprise a procédé. Elles ont l’impression de se retrouver devant un vide et d’être injustement traitées», ajoute-t-elle.

Il peut donc être relativement simple pour vous de leur offrir le soutien d’un conseiller en placement ou un montant compensatoire pour esquiver des procédures judiciaires.

Évitez toutefois de jeter de l’huile sur le feu en vous lançant dans une grande argumentation avec l’employé congédié. L’inviter à discuter de ses conditions de départ avec un conseiller en ressources humaines, par exemple, peut être une alternative intéressante. Sinon, la Commission des normes du travail offre toujours un service de médiation entre employeur et employé, première étape d’une plainte pour congédiement injustifié.

Sachez vous montrer ferme

S’il faut vous montrer ouvert, vous ne devez pas pour autant oublier les raisons qui ont motivé le congédiement : certains cas ne sont tout simplement pas négociables.

«Si une personne a volé ou fraudé, ce n’est pas justifié, par exemple, de lui donner une compensation», indique M. Roy. C’est aussi une question de principe et un message envoyé aux autres employés de l’entreprise. Il existe toutefois certaines circonstances atténuantes en cette matière, comme l’ancienneté.

Partager

SUR LE MÊME SUJET