Navigation des articles

lisa-marie-noel

Êtes-vous un mauvais patron?

patron

Parce qu’ils font figure d’autorité au travail, les patrons sont souvent détestés. Comment éviter de faire partie du lot?

Le roulement de personnel est élevé dans votre entreprise? Votre comportement est peut-être à l’origine de ces nombreux départs. Auteur et conférencier sur le bien-être et le monde du travail, Alain Samson vous présente les mauvaises attitudes que tout bon gestionnaire doit apprendre à changer.

Le boss injuste

Il est inéquitable, indique M. Samson. Il a des employés chouchous à qui il distribue des bonus arbitrairement ou accorde des jours de congé supplémentaires, par exemple. Pour éviter que cette image ne vous colle à la peau, considérez tous vos employés sur un même pied d’égalité.

La girouette

Ses attentes changent constamment. Un jour, il réclame un service à la clientèle hors pair. Pourtant, le lendemain, il se plaint que ses employés passent trop de temps à répondre aux demandes des clients. Clarifiez plutôt vos attentes envers vos subalternes et soyez conséquent.

L’autoritaire

Il lance des ordres sans communiquer ses objectifs à long terme. S’il ordonne de téléphoner tous les clients pour les inciter à passer des commandes, il omet de mentionner que l’objectif est de fidéliser la clientèle. «Si vous ne partagez pas votre vision d’avenir, vous privez les gens de leur esprit d’initiative», fait valoir M. Samson. Un employé qui ne connaît pas le but du projet sur lequel il bosse ne pourra pas apporter de suggestions pour faire avancer le dossier. Expliquez à vos subalternes que leurs tâches sont importantes pour atteindre la cible. Ils se sentiront alors engagés par rapport à leur travail et conserveront leur motivation.

Le patron insensible

Il est irrespectueux lorsque vient le temps de réprimander un employé. Vous devez critiquer l’attitude ou le travail d’un subalterne? Présentez-lui les faits plutôt que de l’attaquer personnellement. Dites-lui par exemple qu’il est arrivé en retard au bureau plusieurs fois, mais évitez de le traiter de paresseux, illustre M. Samson. La clé consiste à faire preuve de tact!

Partager

SUR LE MÊME SUJET