Navigation des articles

anne-marie-tremblay

Esthétique : la beauté sous toutes ses coutures

esthetique

Traiter ses clients aux petits oignons n’est pas le seul rôle des esthéticiennes. Ces pros de la beauté doivent aussi choisir les bons soins à prodiguer!

«Être esthéticienne, ce n’est pas seulement d’appliquer des crèmes. Il faut bien comprendre la logique derrière les gestes que l’on pose», affirme Sophie Ferguson, enseignante en esthétique au Centre de formation professionnelle (CFP) de Limoilou. C’est pourquoi, en plus de séances pratiques de maquillage, de manucure, d’épilation à la cire et de soin du visage, les élèves inscrites au diplôme d’études professionnelles (DEP) en esthétique abordent également plusieurs notions théoriques.

Au menu : cours de morphologie pour offrir un maquillage personnalisé à chaque visage, formation de base sur la biologie de la peau et les rudiments de cosmétologie pour décortiquer la liste des ingrédients actifs se cachant derrière chaque petit pot. Comme le souligne Marie-Ève Rhéaume, esthéticienne et propriétaire du salon Espace Beauté Marie-Ève, à Québec, voilà autant de notions qu’il faut maîtriser sur le bout des doigts. «Quand je prodigue des soins, il n’y a personne à côté de moi dans la cabine pour me conseiller. Il faut donc que j’aie confiance en mes capacités!»

Qualités essentielles

Si la dextérité s’avère indispensable — pas question de brûler une cliente avec de la cire trop chaude! —, l’art d’inspirer confiance vaut également son pesant d’or. Des cours sur la communication et l’art de la conversation sont donc à l’ordre du jour. De plus, les étudiantes enfilent l’uniforme pour aller en classe et leur tenue est scrutée à la loupe. Mais pas besoin d’être une beauté fatale pour travailler dans un salon, assure Marie-Ève Rhéaume. «Il faut avoir une coiffure soignée et un maquillage discret, pour montrer ce qu’on est capable de faire.»

De belles perspectives d’emploi

Sur le marché du travail, plusieurs portes s’ouvrent pour les esthéticiennes : grands magasins, pharmacies, salons de beauté, travail autonome. «Nous pouvons, par exemple, offrir des services à domicile et dans les résidences de personnes âgées», ajoute-t-elle. Selon Mme Ferguson, les finissantes du DEP offert au CFP Limoilou ont reçu en moyenne deux offres d’emploi chacune à la fin de leurs études en 2009. Autant d’occasions à saisir!

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *