Navigation des articles

sylvie-l-rivard

Dénicher une entreprise conciliante

Un père et son jeune fils devant un ordinateur portable

Photo : Monkey Business Images/Shutterstock

Vous cherchez une entreprise qui valorise la conciliation travail-famille? Voici comment faire enquête.

Pour choisir une organisation accommodante, il faut connaître sa politique et ses pratiques en matière de conciliation travail-famille. Il faut savoir ce qu’elle offre dans ce domaine à ses employés et particulièrement à ceux qui ont un emploi comparable au poste convoité.

Menez votre enquête

Si possible, discutez avec vos futurs collègues, suggère Julie Carignan, associée à la Société Pierre-Boucher, un cabinet de consultants en ressources humaines, en psychologie industrielle et en développement organisationnel. «Votre réseau comporte peut-être le nom d’un ancien employé, d’un client ou d’un fournisseur de l’organisation qui pourrait vous mettre au parfum.»

Consultez aussi le site Internet de l’organisation pour en savoir plus sur sa culture d’entreprise, poursuit Cathy Lapierre, conseillère en ressources humaines senior pour la firme de recrutement Adecco Service de ressources humaines. «Les entreprises favorables à la conciliation travail-famille en font souvent la promotion dans leur site Web.»

Soyez aussi à l’affût de tout indice, ajoute Julie Carignan. Si on vous convoque à 18 h, et que la moitié des travailleurs sont encore en poste, il y a lieu de se questionner…

Interrogez le recruteur

Demandez directement à l’employeur des détails sur les conditions de travail, dit Cathy Lapierre. Quel est l’horaire régulier? Est-ce qu’il faut prévoir des heures supplémentaires? Si oui, à quelle fréquence? L’horaire est-il flexible? Le télétravail est-il envisageable pour ce poste? Y a-t-il des congés familiaux et de maladie?

«Auparavant, les employeurs étaient sous le choc lorsque les employés posaient des questions sur la conciliation travail-famille, se rappelle Mme Carignan. Aujourd’hui, ils s’y attendent.»

Choisissez le bon moment

Ne posez pas vos questions dès la première rencontre, précise toutefois Mme Lapierre. «Dans un premier temps, il faut susciter l’intérêt du recruteur et mousser sa candidature. Vers la fin de la deuxième rencontre, on peut aborder la question de la conciliation travail-famille.» S’il n’y a qu’une entrevue, attendez que le recruteur vous fasse une proposition d’emploi avant d’aborder ces questions.

Partager