Navigation des articles

marthe-martel

Quatre questions à se poser avant de démissionner

Employé qui transporte ces effets personnels dans une boîte de carton

Photo : Andrey_Popov/Shutterstock

Remettre sa démission est une étape importante dans un parcours professionnel. Mieux vaut bien examiner la situation avant de faire le saut.

«Ne démissionnez jamais de manière impulsive», avertit Monique Soucy, spécialiste en gestion de carrière. Avant de passer à l’acte, posez-vous les bonnes questions.

Quelles sont les raisons pour lesquelles je veux démissionner?

«Salaire insatisfaisant, désir de relever de nouveaux défis, manque de reconnaissance… identifiez pourquoi vous avez le goût d’aller ailleurs», souligne Florent Francoeur, président-directeur général de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés. Sinon, vous risquez de ne pas être plus heureux dans un autre emploi.

Est-il possible de régler la situation en restant au sein de l’entreprise?

«Un employeur a intérêt à garder un bon employé, puisqu’en former un nouveau coûte cher», dit M. Francoeur. Si vous expliquez clairement vos insatisfactions et vos attentes, le patron peut améliorer la situation. Par exemple, il peut vous offrir de nouveaux défis si c’est ce qui vous manque le plus.

Est-ce que j’améliorerai réellement mon sort?

Évaluez ce qui vous attend après votre démission : un meilleur salaire, de bonnes conditions, plus de défis? «Regardez bien tous les aspects de votre nouvel emploi pour être certain que vous changez pour le mieux», suggère le conseiller en ressources humaines Maurice Lemelin.

Cette démission est-elle une étape de mon parcours professionnel?

Selon Monique Soucy, une démission est valable quand elle nous mène vers un projet qui fera progresser notre carrière. «Parfois, il vaut mieux rester en poste et se préparer pour faire, plus tard, un saut qui en vaudra la peine», dit-elle. On peut, par exemple, profiter d’un travail peu prenant pour suivre une formation.

Partager

SUR LE MÊME SUJET