Navigation des articles

equipe-jobboom

Métier : technicien en instrumentation et contrôle

Photo : ArcelorMittal Mines Canada

Jérémie Frenette est technicien en instrumentation et contrôle à la mine d’or Casa Berardi de Mines Aurizon, située au nord de La Sarre, en Abitibi-Témiscamingue.

Il vérifie notamment le réglage et le calibrage des équipements industriels qui servent à l’extraction et au transport du minerai dans la mine. Il s’agit, par exemple, des treuils, des convoyeurs et des ascenseurs. Ces appareils sont automatisés et Jérémie s’occupe de leur maintenance. Si un ennui survient avec ces équipements, il doit en trouver la source et y remédier.

«Je me charge aussi de l’installation des démarreurs et des variateurs de vitesse de ces équipements industriels. Je dois bien comprendre les structures des systèmes électroniques et électromécaniques des appareils pour être en mesure de les installer, de les mettre en marche et de les entretenir.» La programmation des équipements électroniques et électriques fait également partie de ses tâches. Par exemple, il écrit en langage informatique les codes qui régleront automatiquement la vitesse d’un convoyeur.

Ma motivation

Jérémie est un mordu d’électronique. Plus jeune, il était du genre à démonter et à remonter ses voitures téléguidées et son ordinateur pour mieux comprendre leur fonctionnement. «J’aime participer à la conception d’un système destiné à l’automatisation. Il est impressionnant de faire en sorte qu’une machine se gère toute seule. Par exemple, si je veux que l’ascenseur monte et descende d’un niveau à un autre, je le programme et l’opérateur n’a plus qu’à appuyer sur un bouton pour l’activer.»

«J’aime aussi me creuser la tête pour comprendre les causes d’un problème électrique, par exemple. C’est un défi de réussir à le résoudre rapidement pour ne pas paralyser les opérations de la mine.»

Mon conseil

«Pour réussir dans ce métier, il est essentiel d’avoir un bon esprit d’analyse pour déceler les sources d’un problème électrique ou électronique dans un appareil, quel qu’il soit. Il est important aussi de connaître par coeur les procédés industriels pour avoir une vue d’ensemble du problème.» Jérémie conseille aux élèves en électronique industrielle de travailler l’été dans une usine. «Mon expérience dans une usine de pâtes et papiers m’a aidé à comprendre les bases de l’automatisation.»

Mon parcours

En 2003, Jérémie Frenette a étudié au programme Technologie de l’électronique industrielle, option instrumentation et automatisation, au Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue. Il a poursuivi une deuxième spécialisation en électrodynamique dans le même programme en 2004. Il a été engagé à son poste actuel au cours de la même année. 06/07 (Mise à jour 04/11)

NDLR : Les personnes citées dans ce texte peuvent avoir changé d’emploi depuis l’entrevue, mais leur témoignage demeure utile à la compréhension du métier illustré.

Cet article est tiré du guide
50 carrières de l’industrie minière, publié en collaboration avec le Comité sectoriel de main-d’œuvre de l’industrie des mines.

Partager