Navigation des articles

catherine-mainville-m

DEC technique et certificat : un tandem pertinent?

Avec votre diplôme d’études collégiales (DEC) technique bientôt en poche, vous songez à l’université. Si entreprendre un baccalauréat de trois ans vous semble trop long, un certificat pourrait être une option.

Malgré ses avantages certains, l’université n’est pas faite pour tous. Avant de vous y inscrire, vous devrez réfléchir à votre capacité de poursuivre des études à temps partiel ou complet. «Votre décision dépendra de votre contexte professionnel et familial, mais également de votre capacité à gérer votre temps et votre stress si vous combinez travail et études, par exemple», soutient Suzanne Aubé, conseillère d’orientation au Cégep de Saint-Hyacinthe. Voici quelques pistes de réflexion pour vous aider à prendre la bonne décision.

Un certificat peut-il être utile à ma formation?

Oui et non. La réalisation d’un certificat universitaire à la suite d’un DEC technique peut être pertinente si vous désirez vous spécialiser ou approfondir vos connaissances, indique Mme Aubé. «La personne qui a fait un DEC en travail social et qui s’intéresse à la toxicomanie peut développer ses compétences dans le domaine grâce au certificat.»

Pourrait-il améliorer mes conditions de travail?

Oui. L’ajout d’un certificat à votre bagage scolaire vous donne la possibilité d’obtenir un poste supérieur et donc un salaire plus élevé. «Celui qui a un DEC en éducation spécialisée et qui poursuit des études en psychoéducation pourrait obtenir un poste de chef d’unité en centre jeunesse par exemple», illustre Roger Ouellet, conseiller d’orientation au Cégep du Vieux-Montréal. «Il faut toutefois savoir que dans certains domaines, un baccalauréat est souvent exigé pour obtenir une telle promotion», ajoute Mme Aubé.

L’université est donc indispensable?

Non. Selon les domaines, l’expérience pèse parfois plus lourd que la scolarité. «Dans les techniques humaines (travail social, éducation spécialisée, etc.), l’essentiel du métier s’apprend avec l’expérience, remarque Roger Ouellet. Une fois sur le marché du travail, on peut alors entreprendre un certificat à temps partiel pour atteindre tranquillement ses objectifs de carrière.»

Partager