Navigation des articles

catherine-mainville-m

La construction, une porte d’entrée pour les immigrants

chantier_construction

Si le milieu de la construction québécois compte encore peu d’immigrants, il demeure pour eux une avenue intéressante pour intégrer le marché du travail. À condition, toutefois, de répondre aux exigences de l’industrie.

Pour travailler dans le milieu de la construction au Québec, il est primordial de détenir un certificat de compétence de la Commission de la construction du Québec (CCQ). Les candidats qui n’ont pas encore le diplôme nécessaire à son obtention peuvent néanmoins être admissibles en cas de pénurie de main-d’œuvre, précise Tristan Cinq-Mars, conseiller pour l’équipe de la diversité de la main-d’œuvre et du développement à la CCQ.

Faire valoir ses acquis

L’obtention du certificat est plus rapide pour les nouveaux arrivants dont l’expérience de travail correspond aux exigences de la CCQ. «Comme des preuves attestant cette expérience [relevés de paie, formulaires d’impôts, etc.] sont exigées, il est conseillé de rassembler tous les documents pertinents avant de quitter son pays», rappelle Tristan Cinq-Mars.

Les personnes qui ont une formation pertinente peuvent aussi la faire reconnaître au moyen d’une évaluation comparative des études en s’adressant au ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles du Québec.

S’informer d’abord

Les personnes qui souhaitent travailler en construction au Québec devraient idéalement se renseigner sur le milieu en consultant le site Internet de la CCQ avant leur départ. Il est d’ailleurs possible d’entreprendre à l’avance les démarches pour obtenir le certificat de compétence. Une fois au Québec, les nouveaux arrivants peuvent aussi s’adresser à des organismes d’aide à l’emploi pour immigrants, comme la CITIM à Montréal.

Pour en savoir plus

Dans ce dossier sur la construction

commentez@jobboom.com

Partager