Navigation des articles

lisa-marie-noel

Comptabilité 101

Peu importe son métier, quand on est travailleur autonome, on devient toujours un peu comptable.

Tous les entrepreneurs sont appelés à tenir des registres comptables. «Pour leur tenue de livre, les travailleurs autonomes ont donc le choix d’utiliser un logiciel comme Simple comptable ou Quicken. Pour une centaine de dollars, ces logiciels sont performants et faciles à utiliser», indique Pascal Gagné, CA chez PricewaterhouseCoopers à Québec.

Il est également possible de compiler vos revenus et vos dépenses dans un tableur Excel. Il faut toutefois être habile pour programmer les formules de calcul. Si vous effectuez plusieurs transactions par mois et si vous percevez les taxes, M. Gagné privilégie les logiciels comptables, car ceux-ci facilitent les calculs.

Dépenses admissibles

Contrairement à un salarié, le travailleur autonome déclare des revenus d’entreprise. «Ainsi, toutes les dépenses raisonnables engagées pour gagner le revenu d’entreprise sont déductibles, autant les frais de déplacement et de publicité que l’impression de cartes professionnelles ou l’abonnement à des revues», affirme Martine Pagé, CGA et chargée d’enseignement à l’École de comptabilité de l’Université Laval.

Bien sûr, ces dépenses doivent être en lien avec la profession que vous exercez. Pendant six ans, vous devez aussi garder toutes les pièces justificatives comme les factures, les reçus et les relevés bancaires dans vos archives. Vous en aurez besoin en cas de vérification fiscale.

En voiture

Les dépenses de la voiture comme l’essence, l’entretien, les assurances et le permis de conduire sont admissibles. Il faut toutefois déterminer le pourcentage de l’utilisation du véhicule aux fins d’affaires. «La meilleure façon est d’avoir un carnet de bord qu’on laisse dans le coffre à gants. Chaque fois qu’on fait un déplacement d’affaires, on note l’endroit où on se rend, la raison et le nombre de kilomètres», suggère Mme Pagé.

Et les taxes?

Un travailleur autonome est obligé de s’inscrire au registre de la TPS/TVH et de la TVQ si son chiffre d’affaires dépasse 30 000 $ par année. Il doit alors percevoir les taxes auprès de ses clients et les rembourser au gouvernement lors d’une déclaration qu’il produit chaque trimestre. «Si on fait moins de 30 000 $, on a le choix de percevoir ces taxes ou pas», conclut Mme Pagé.

Partager

SUR LE MÊME SUJET