Navigation des articles

emmanuelle-gril

Cinq compétences clés du travailleur de demain

competences

Peu importe le domaine vers lequel on se dirige, certaines qualités et compétences seront essentielles pour briller sur le marché du travail de demain. Comment devenir la perle rare, l’employé modèle que tous les recruteurs s’arracheront? C’est simple : en développant ces cinq aptitudes clés.

1. Habile communicateur

Parce que le service et les relations avec la clientèle occupent une place de plus en plus importante dans les définitions de tâches, la capacité à bien s’exprimer est une habileté indispensable à développer. «Les entreprises veulent se démarquer avec un service à la clientèle personnalisé, chaleureux, qui sort de l’anonymat. Les employés qui ont un sourire dans la voix sont très recherchés», dit Alain Dessureault, conseiller d’orientation en milieu scolaire.

On doit être capable de faire des liens entre notre travail et celui de nos collègues. Il faut anticiper les besoins du patron et des clients.
– Martine Lemonde, conseillère d’orientation et consultante en psychologie organisationnelle

La maîtrise d’une troisième et d’une quatrième langue est également un atout, estime Isabelle Beauchesne, conseillère-formatrice en démarrage des entreprises pour l’organisme SAJE Montréal. Surtout dans un contexte de mondialisation, où l’on peut être appelé à travailler avec des collègues ou des clients issus de différentes communautés culturelles. Ainsi, les candidats parlant l’espagnol, le mandarin ou l’arabe, en plus du français et de l’anglais, sont dans la mire des recruteurs.

De bonnes habiletés en rédaction sont aussi recherchées. «Le monde du travail exige un certain niveau de langue à l’écrit», prévient Martine Lemonde, conseillère d’orientation et consultante en psychologie organisationnelle. À ce chapitre, il faut se montrer prudent avec l’utilisation des nouvelles technologies! Plutôt que les textos écrits en vitesse et de façon abrégée, les courriels sont à privilégier dans les relations professionnelles.

Le conseil :

Pour développer ces compétences, soignez votre langage, réfléchissez avant de parler et évitez les mots trop familiers en milieu de travail. Saisissez toutes les occasions de vous exercer à l’oral grâce aux exposés en classe, à des cours de théâtre ou d’improvisation, etc. À l’écrit, utilisez les correcteurs offerts par les différents systèmes d’exploitation et surtout, prenez toujours le temps de vous relire avant de cliquer sur «Envoyer»! Pour devenir polyglotte, pensez aux cours de langues, mais aussi aux échanges d’étudiants dans des pays étrangers.

2. Capable de s’adapter

La créativité est essentielle pour élaborer des concepts, trouver de nouvelles façons de faire ou améliorer des méthodes de travail.

Dans un monde du travail en perpétuel changement, l’employé qui tirera son épingle du jeu est celui qui saura évoluer. «Il faut être flexible et s’adapter à toutes sortes de situations, comme des horaires variables, une restructuration, la diversité de la clientèle et des collègues ou une relocalisation», énumère Stéphane Simard, conférencier et auteur du livre L’ADN d’un employeur de choix.

Qui dit adaptation dit aussi ouverture aux apprentissages. «On doit être capable d’apprendre de nouvelles façons de faire, de nouvelles méthodes de travail», précise Martine Lemonde. Un travailleur conservera ainsi sa valeur aux yeux de son employeur, qui, même en période de rationalisation, saura qu’il peut lui confier d’autres tâches plutôt que de lui montrer la porte.

Le conseil :

Comment développer cette habileté? En gardant l’esprit ouvert et en évitant de résister au changement. «Voyez tout changement comme une occasion de croître et non pas comme un obstacle», conseille Martine Lemonde. Suivez également des formations complémentaires, même une fois sur le marché du travail, pour maintenir vos connaissances à jour.

3. Fin analyste

«Les tâches se complexifient et le monde du travail aussi. Avoir un bon esprit d’analyse permet de faire face à des situations de plus en plus compliquées», estime Alain Dessureault. Ce que confirme Isabelle Beauchesne, qui ajoute que le travailleur doit constamment être à la recherche de solutions. «Les entreprises veulent des gens qui voient les occasions d’affaires et qui se servent des problèmes comme de leviers», fait-elle valoir.

Ces qualités sont recherchées partout, même pour des emplois en usine. «Dans une perspective d’amélioration de la production, les ouvriers sont souvent sollicités afin de revoir les processus et de les optimiser», illustre Alain Gosselin, conseiller en ressources humaines agréé, qui est aussi professeur en gestion des ressources humaines et directeur associé à la Formation des cadres et des dirigeants à HEC Montréal.

Le conseil :

Pour aiguiser votre sens de l’analyse, prenez l’habitude d’observer et de réfléchir. Triez, classez et structurez les informations reçues. S’il s’agit d’un problème complexe, fractionnez-le en plusieurs éléments et tentez de faire des liens. Et n’hésitez pas à discuter avec d’autres pour voir de quelle façon ils appréhendent le problème. Vous pouvez commencer à acquérir ces habiletés à l’école, avec les travaux de fin de session, par exemple.

4. Visionnaire

Il faut voir plus loin que le bout de son nez! «On doit être capable de faire des liens entre notre travail et celui de nos collègues, soutient Martine Lemonde. Il faut anticiper les besoins du patron et des clients. Les employeurs ne veulent plus seulement des exécutants, ils recherchent des gens qui prennent le temps de réfléchir et qui ont le sens de l’initiative.» Alain Gosselin ajoute que les employés devraient développer une «vision horizontale» des choses. Selon lui, les patrons recherchent des collaborateurs qui ne se contentent pas d’accomplir les tâches mécaniquement, mais qui, au contraire, proposent de meilleures façons de faire.

Le conseil :

Le travail en équipe est une bonne façon de développer cette compétence. Cela vous apprendra à voir les choses sous différents angles, à tenir compte du point de vue des autres et à mieux comprendre les tâches qu’ils doivent accomplir.

5. Créatif

«Pour affronter une concurrence accrue, les entreprises doivent toujours faire plus, faire mieux. Cela nécessite une certaine prise de risque, on doit essayer de nouvelles choses», croit Alain Gosselin. Dans ce sens, la créativité et l’innovation sont des incontournables. C’est vrai pour les dirigeants d’entreprise, mais aussi pour les employés. «Faire preuve de créativité, ça peut être de se servir de choses qui existent déjà, mais en les agençant autrement», dit Stéphane Simard. Par exemple, reprendre dans son service une méthode de classement des documents qui a déjà été utilisée avec succès dans un autre secteur.

La créativité est essentielle pour élaborer des concepts, trouver de nouvelles façons de faire ou améliorer des méthodes de travail. Ainsi, un technicien chargé de voir au bon fonctionnement des équipements de ventilation d’un immeuble de bureaux pourrait proposer des idées nouvelles pour optimiser leur rendement et économiser sur la consommation d’électricité.

Le conseil :

Pour stimuler votre sens de l’innovation, gardez l’esprit ouvert, restez attentif aux idées des autres et participez à des projets (parascolaires, communautaires, etc.) qui mettront votre créativité à contribution.

D’autres extraits du guide Les carrières d’avenir 2014 :

commentez@jobboom.com


Cet article est tiré du guide Les carrières d’avenir 2014.

Partager