Navigation des articles

emmanuelle-gril

Choisir sa vocation pour les bonnes raisons

Système d'aiguillage d'un chemin de fer

Photo : DrMadra/Shutterstock

Quels critères guident un choix de carrière? Certains jeunes veulent être enseignants comme leur maman, d’autres, dentistes parce que c’est payant… Des idées valables, mais qui méritent un peu d’élaboration.

 

Plusieurs raisons motivent un choix de carrière, mais toutes n’ont pas la même portée. Il faut trier! Voici les cinq critères le plus souvent invoqués pour justifier la sélection d’un métier ou d’une profession. Des conseillers d’orientation font le point et précisent l’importance à accorder à chacun d’eux pour trouver la carrière qui vous convient le mieux.

> 1er CRITÈRE

Mes amis ont choisi ce programme

«On s’identifie beaucoup à ses amis quand on est jeune et il est difficile de se dissocier d’eux», souligne Martine Lemonde, conseillère d’orientation et directrice des services professionnels chez Brisson Legris, révélateurs de potentiels. Olivier Cormier en sait quelque chose. À la fin de ses études secondaires, ne sachant pas vers quoi s’orienter, il s’est inscrit en sciences de la nature au cégep pour faire comme ses amis. Mais au bout de quelques mois, il a frappé un mur.

«Je manquais de motivation, dit-il. Et je n’avais pas envie de faire des études jusqu’à l’université.» Quelques rencontres avec un conseiller d’orientation lui ont fait réaliser qu’une formation collégiale technique conviendrait mieux à son esprit à la fois pratique et scientifique. Actuellement, il poursuit avec intérêt le programme Technologie de maintenance industrielle menant au DEC.

«Le critère des amis n’est pas à retenir lorsqu’il est question de choix de carrière, soutient Martine Lemonde, puisqu’il s’agit d’une décision personnelle. En basant votre choix de formation sur celui de vos camarades, vous risquez de ne pas avoir de plaisir à étudier dans ce programme.» Il s’en suivra une perte de confiance en vos capacités et un manque d’intérêt pour vos études.

Toutefois, si vous tenez absolument à rester proche de vos amis, rien n’empêche d’étudier dans le même établissement qu’eux – à condition d’avoir accès aux programmes qui vous intéressent – ou encore dans un établissement voisin. L’isolement ne favorise pas non plus la motivation.

Verdict : critère sans importance.

> 2e CRITÈRE

Ce métier est lié à une matière que j’aime

Si vous aimez les mathématiques, vous pourriez être tenté de faire un choix de carrière lié à cette matière, la comptabilité par exemple. «Mais cela ne veut pas dire que vous aimerez travailler en comptabilité, précise Martine Lemonde. Car même si on y utilise des chiffres, vous n’apprécierez peut-être pas les tâches liées à cette profession.» Peut-être que d’autres métiers qui font appel aux calculs vous conviendraient mieux, comme celui d’actuaire ou de statisticien.

Ce critère est donc pertinent pour vous aider à comprendre qui vous êtes et ce qui vous allume. Mais vous devez ensuite mener des recherches sur les métiers qui requièrent vos aptitudes pour valider votre intérêt.

C’est la même chose si vous optez pour un métier en lien avec votre passe-temps. Par exemple, si vous choisissez le domaine du jeu vidéo parce que vous êtes un maniaque de la Wii… «Une fois en emploi, vous pourriez trouver les tâches ennuyantes. Jouer à un jeu vidéo est très différent de créer et de programmer des interfaces», ajoute Martine Lemonde.

Par ailleurs, en vous concentrant trop sur cet élément, vous pourriez négliger d’autres avenues. «En matière de choix de carrière, il est crucial de conserver une vision élargie», souligne Bernard Lachance, conseiller d’orientation en cabinet privé.

Verdict : critère à considérer, mais ce n’est que le début de la démarche d’orientation.

> 3e CRITÈRE

Il y a d’la job là-dedans!

Bernard Lachance estime que les secteurs en pénurie de main-d’œuvre peuvent constituer de bons choix s’ils correspondent aussi à vos préférences. «Quand les recruteurs manquent de bras, les diplômés sont avantagés, explique-t-il. Ainsi, vous pourriez choisir votre milieu de travail en fonction de ce qui vous intéresse en matière d’horaires, de salaire et de lieu de travail, par exemple.»

«Les informations sur les perspectives d’emploi sont utiles dans le processus d’orientation, mais il ne faut pas seulement baser votre choix là-dessus, nuance Martine Lemonde. La situation économique d’un secteur d’activité risque de changer et les perspectives dans le domaine qui vous attire pourraient se révéler moins favorables au moment où vous intégrerez le marché du travail.» Elle conseille donc d’utiliser ce critère en association avec d’autres.

Mélina Gareau, conseillère d’orientation au Carrefour jeunesse-emploi Vaudreuil-Soulanges, recommande, elle aussi, de penser d’abord à ses champs d’intérêt et à ses aptitudes. «Par exemple, les métiers liés aux arts n’offrent généralement pas de bonnes perspectives d’emploi, illustre-t-elle. Si vous avez des préférences artistiques marquées, ce critère vous pousserait à mettre de côté des programmes qui répondent bien à votre profil.»

Verdict : critère à considérer, mais il est moins important que l’intérêt porté à un métier ou une profession.

Partager

SUR LE MÊME SUJET