Navigation des articles

maxime-desroches

Carrières d’avenir 2014 : Usinage sur machines-outils à commande numérique

usinage_numerique

Perspectives d’emploi et débouchés pour les diplômés de l’ASP Usinage sur machines-outils à commande numérique.

Vingt élèves ont terminé l’ASP Usinage sur machines-outils à commande numérique au Centre intégré de mécanique, de métallurgie et d’électricité (CIMME) de LaSalle en 2013. Au cours des trois dernières années, le taux de placement a été supérieur à 85 %.

Les employeurs courtisent les futurs diplômés et offrent des séances d’information au sein de l’établissement scolaire. «Ils ont des besoins urgents à satisfaire et n’hésitent pas à se déplacer pour rencontrer nos élèves», indique le directeur du CIMME, Serge Robitaille.

Au Centre de formation Harricana d’Amos, le taux de placement est encore meilleur, se rapprochant de 100 %. Les six diplômés de la dernière promotion, en juin 2012, ont tous accédé rapidement au marché du travail.

La problématique se situe plutôt dans le manque de popularité du programme auprès des jeunes, estime Carol Gauthier, responsable de l’enseignement. «Quand le secteur minier se porte bien dans la région, les élèves s’inscrivent à des programmes qui y sont reliés, ce qui diminue le nombre d’inscriptions à l’ASP», dit-il.

À noter que pour s’inscrire à cette ASP, il faut avoir obtenu son DEP en techniques d’usinage.

Profil recherché

Le métier d’opérateur de machines-outils à commande numérique est un travail de haute précision qui consiste à fabriquer des pièces d’une grande complexité, les composants d’un moteur d’avion ou de train par exemple.

Il faut donc être très méticuleux afin de réaliser chaque étape de la fabrication d’une pièce dans le respect des normes. «La minutie, le souci du détail et un excellent sens de l’organisation sont des aptitudes essentielles afin de faire fonctionner les machines-outils et d’en effectuer la programmation», précise Carol Gauthier.

«Un élève possédant une bonne perception tridimensionnelle, qui aime voir les applications concrètes de son travail partout dans son environnement, sera parfaitement à son aise dans ce métier», souligne Serge Robitaille.

Perspectives

Les départs massifs à la retraite dans ce domaine ouvrent de nombreuses possibilités aux diplômés. «Le manque de personnel qualifié s’avère un réel problème pour plusieurs entreprises depuis 2010», explique le directeur du CIMME.

Si les nouveaux diplômés intègrent souvent le marché du travail en tant qu’opérateurs, ceux-ci montent rapidement dans la hiérarchie. Ils accèdent en effet aux postes de programmeur de machines-outils ou de chef d’équipe après quelques années d’expérience.

«C’est très stimulant, car les plus doués grimpent les échelons et se voient attribuer des tâches plus exigeantes et de plus grandes responsabilités», soutient Carol Gauthier.

Statistiques

Comment interpréter l’information

Nombre de diplômés : 257
Diplômés en emploi : 81,8 %
À temps plein : 95,0 %
En rapport avec la formation : 87,6 %
Aux études : 6,3 %
Taux de chômage : 9,3 %
Salaire hebdomadaire moyen : 723 $

Source : La Relance au secondaire en formation professionnelle – 2012

Pour connaître les établissements qui offrent ce programme, consultez l’Inforoute de la formation professionnelle et technique.

Voir la liste complète des formations gagnantes de 2014 au niveau professionnel


Cet article est tiré du guide Les carrières d’avenir 2014.

Partager