Navigation des articles

anne-lague

Carrières d’avenir 2014 : Sciences géomatiques

geomatique03

Perspectives d’emploi et débouchés pour les diplômés du baccalauréat en sciences géomatiques.

L’Université Laval est le seul établis­sement au Québec à offrir le programme de sciences géomatiques. Le taux de placement des diplômés est de 100 %, même si le nombre d’inscriptions a plus que doublé depuis 2005, passant de 109 à 229.

Ces excellentes perspectives se maintiennent depuis une bonne douzaine d’années. Les départs à la retraite sont en partie en cause. D’ici 2018, près de 500 arpenteurs-géomètres devront être remplacés, selon Francis Roy, directeur du programme.

De plus, les compétences de l’arpenteur-­géomètre – savoir mesurer et cartographier le territoire, interpréter le droit foncier, etc. – sont très recherchées. «Elles sont à la base du développement du territoire, comme l’implantation de quartiers résidentiels, la localisation de zones d’inondation ou le positionnement d’éoliennes. Tant qu’il y aura de tels projets, les arpenteurs-­géomètres seront sollicités», explique Luc St-Pierre, directeur général et secrétaire de l’Ordre des arpenteurs-géomètres du Québec.

Profil recherché

L’arpenteur-géomètre est un expert de la mesure du territoire et de la cartographie. Un goût pour les mathématiques, la physique et la technologie – les outils comme le GPS et l’imagerie satellitaire sont au cœur de la profession – est essentiel.

Le métier nécessite aussi du leadership, puisque l’arpenteur-géomètre est régulièrement à la tête d’une équipe de techniciens qui l’assistent dans ses tâches. Il faut également aimer le droit et la lecture d’actes juridiques, car c’est l’arpenteur-géomètre qui a l’autorité légale pour déterminer les limites des propriétés immobilières. En outre, il faut être prêt à travailler dehors à l’occasion.

Perspectives

La profession offre des défis stimulants,­ alimentés entre autres par la démocratisation des techno­logies. Par exemple, en utilisant Google Earth, un citoyen peut estimer que le cabanon de son voisin empiète sur son terrain. Si un conflit éclate, c’est à l’arpenteur-géomètre de démêler les données et de déterminer la limite de chaque propriété (en plus de calmer les esprits!).

Tout au long de sa carrière, l’arpenteur-géomètre devra garder ses connaissances à jour. Il est possible de réaliser des mandats à l’international, puisque l’expertise des firmes québécoises est parfois sollicitée pour des projets de grandes infrastructures à l’étranger.

Statistiques

Les plus récentes statistiques sur l’emploi chez les diplômés n’étaient pas disponibles pour cette formation.

Il faut être membre de l’Ordre des arpenteurs-géomètres du Québec pour porter le titre d’arpenteur-géomètre.

Voir la liste complète des formations gagnantes de 2014 à l’université


Cet article est tiré du guide Les carrières d’avenir 2014.

Partager