Navigation des articles

equipe-jobboom

Carrières d’avenir : Production acéricole

Photo : Paul McKinnon / Shutterstock.com

Photo : Paul McKinnon / Shutterstock.com

Perspectives d’emploi et débouchés pour les diplômés du DEP Production acéricole.

L’ouvrier acéricole veille au maintien et à l’optimisation de la production des érables.

Il y a une vingtaine d’années, les érablières étaient petites et familiales. Aujourd’hui, le secteur est industrialisé, et la plus importante érablière au Québec compte 140 000 arbres. Le secteur recherche donc des travailleurs possédant des connaissances pointues à cause de la technologie utilisée.

Profil recherché

En plus d’être attiré par le travail à l’extérieur, l’ouvrier acéricole doit faire preuve d’autonomie. Il doit fréquemment inspecter l’érablière seul, alors il lui faut être capable de régler les problèmes, par exemple une fuite dans le réseau de tubes de collecte d’eau d’érable.

La minutie est nécessaire, car la précision de l’entaillage d’un érable peut doubler sa productivité. Le savoir-faire des employés a donc une réelle influence sur la rentabilité. La polyvalence est également recherchée, puisque les ouvriers acéricoles prendront part aux différentes étapes de la production, dont la transformation de l’eau d’érable.

Perspectives

Près de la moitié des nouveaux diplômés acquièrent de petites érablières pour les agrandir ou rachètent des parts dans de grandes entreprises. D’autres reprennent l’érablière familiale. La moyenne d’âge des propriétaires d’érablière est très élevée, alors le besoin de relève est grand.

Les producteurs acéricoles peuvent désormais compter sur de nouveaux outils technologiques, comme des systèmes de caméras ou de commande à distance, pour accroître la production et, du même coup, la rentabilité de l’érablière. La récolte a beau être de courte durée (environ deux mois), les entreprises roulent pratiquement toute l’année.

Les ouvriers acéricoles doivent être prêts à se déplacer, car 52 % des érablières du Québec se trouvent dans la région de la Chaudière-Appalaches. Certaines offrent le transport, le logis et la nourriture pour attirer la relève.

Plus d’information

Les formations professionnelles gagnantes en 2015

Statistiques

Comment interpréter l’information

Nombre de diplômés : 34
Diplômés en emploi : 81,0 %
À temps plein : 94,1 %
En rapport avec la formation : 81,3 %
Aux études : 9,5 %
Taux de chômage : 5,6 %
Salaire hebdomadaire moyen : 682 $

Source : La Relance au secondaire en formation professionnelle – 2012

Pour connaître les établissements qui offrent ce programme, consultez l’Inforoute de la formation professionnelle et technique.

Découvrez une centaine de formations gagnantes offrant d’excellentes perspectives d’emploi dans notre section Carrières d’avenir.
Partager