Navigation des articles

julie-chaumont

Carrières d’avenir 2014 : Pratique sage-femme

Photo : ChameleonsEye / Shutterstock.com

Photo : ChameleonsEye / Shutterstock.com

Perspectives d’emploi et débouchés pour les diplômés du baccalauréat en pratique sage-femme.

En 2013, les 20 diplômées* du baccalauréat en pratique sage-femme de l’Université du Québec à Trois-Rivières, seul établissement dans la province à offrir ce programme, ont trouvé un emploi. Elles n’occupent pas toutes un poste permanent, mais aucune n’est au chômage.

«La demande est forte», dit Raymonde Gagnon, directrice du programme. Selon un sondage réalisé pour le ministère de la Santé et des Services sociaux en 2010, 26 % des femmes souhaitent accoucher en maison de naissance ou à domicile.

Cependant, seulement 2 ou 3 % d’entre elles en auront la chance, selon Marie-Ève St-Laurent, présidente de l’Ordre des sages-femmes du Québec.

«Malgré les nombreux projets de développement présentement en cours, les points de service sont encore nettement insuffisants», ajoute-t-elle. La demande n’est donc pas près de s’essouffler pour ces professionnelles de la santé.

Profil recherché

La sage-femme effectue le suivi des femmes enceintes désirant accoucher naturellement. En plus d’avoir de l’intérêt pour tout ce qui touche à la naissance, il faut de bonnes habiletés relationnelles et une grande capacité d’adaptation.

«Il faut moduler sa vie en fonction du travail. Les sages-femmes sont présentes pour l’accouchement de leurs clientes, leur horaire est donc imprévisible et leur emploi du temps susceptible de changer à la dernière minute», souligne Raymonde Gagnon.

Une bonne forme physique est aussi importante. «Lors d’un accouchement, en plus d’avoir parfois à aider une femme à se lever, une sage-femme peut se retrouver dans toutes sortes de positions inconfortables», explique Marie-Ève St-Laurent.

Perspectives

«La croyance populaire veut que les sages-femmes ne soient pas en mesure d’intervenir en cas d’urgence. Mais c’est faux», souligne Raymonde Gagnon.

Elles doivent d’ailleurs suivre tous les deux ans une formation sur la détection et la gestion adéquate des urgences obstétricales et une autre sur la prise en charge d’un nouveau-né nécessitant des manœuvres de réanimation à la naissance.

Les sages-femmes peuvent travailler au sein du réseau de la santé provincial ou pour l’organisme Médecins sans frontières, qui recrute pour différentes missions humanitaires. En poursuivant les études à la maîtrise, elles peuvent accéder à des emplois en santé publique ou en enseignement.

Il faut être membre de l’Ordre des sages-femmes du Québec pour porter le titre de sage-femme.

*Le féminin est utilisé dans cet article étant donné la très grande proportion de femmes diplômées en pratique sage-femme.

Statistiques

Comment interpréter l’information

Nombre de diplômés : 13
Diplômés en emploi : 58,3 %
À temps plein : 57,1 %
En rapport avec la formation : 100,0 %
Aux études : 8,3 %
Taux de chômage : 0,0 %
Salaire hebdomadaire moyen : 1 061 $

Source : La Relance à l’université – 2013

Voir la liste complète des formations gagnantes de 2014 à l’université


Cet article est tiré du guide Les carrières d’avenir 2014.

Partager