Navigation des articles

emmanuelle-tasse

Carrières d’avenir 2014 : Mécanique d’ascenseur

mecanique_ascenceur

Perspectives d’emploi et débouchés pour les diplômés du DEP Mécanique d’ascenseur.

À l’École des métiers du Sud-Ouest-de-Montréal, 18 élèves ont obtenu leur diplôme en mécanique d’ascenseur en février 2013.

Stéphane Bonin, directeur adjoint, voit chaque année plus de 80 % des diplômés du programme trouver du travail au Québec et dans le reste du Canada. «L’École reçoit quelques offres d’emploi annuellement, mais le bouche-à-oreille demeure l’outil de recrutement le plus efficace dans le petit milieu de la mécanique d’ascenseur», observe-t-il.

L’embauche suit toutefois le rythme des grands chantiers comme ceux du Centre universitaire de santé McGill, à Montréal, ou de l’amphithéâtre de Québec. Le vieillissement des travailleurs fera également de la place aux jeunes au cours des 10 prochaines années.

«Leur formation est si complète que ces mécaniciens sont très prisés», ajoute Alain Plante, conseiller syndical à la CSD Construction, qui représente le groupe des mécaniciens d’ascenseur.

L’École des métiers du Sud-Ouest-de-Montréal est le seul établissement à offrir ce programme au Québec.

Profil recherché

La mécanique d’ascenseur exige une bonne forme physique et ne convient pas à ceux qui craignent les hauteurs.

On doit être à l’aise avec les principes de la physique : électricité, électromécanique, hydraulique, pneumatique, etc. «Le sens de la précision, le respect des devis et un grand souci de la sécurité des utilisateurs permettront de construire un ascenseur sûr qui monte parfaitement droit sur 20 ou 30 étages», souligne Stéphane Bonin.

«Soir, nuit, fin de semaine, il faut être disponible au pied levé en cas de problème et être prêt à suivre les formations complémentaires fournies par les entreprises pour rester dans la course», précise également Alain Plante.

Perspectives

«Le plus grand défi dans ce métier est de partir d’une cage vide et de réussir à en faire un ascenseur fonctionnel. Pour un apprenti, c’est un objectif considérable», fait valoir Stéphane Bonin.

Lorsqu’on s’est fait un nom dans le métier et que nos connaissances sont à jour, on peut devenir soi-même formateur pour permettre à d’autres de suivre l’évolution de la profession, ajoute Alain Plante.

La mécanique d’ascenseur n’est pas un domaine strictement masculin : l’École des métiers du Sud-Ouest-de-Montréal accueille une ou deux femmes par groupe. Elles démontrent un souci du détail très apprécié et n’ont pas besoin de gros bras pour être… à la hauteur!

Un apprenti peut gagner environ 20 $ l’heure et un compagnon, aux alentours de 30 $.

Statistiques

Comment interpréter l’information

Nombre de diplômés : 37
Diplômés en emploi : 89,5 %
À temps plein : 93,8 %
En rapport avec la formation : 80,0 %
Aux études : 5,3 %
Taux de chômage : 5,6 %
Salaire hebdomadaire moyen : 793 $

Source : La Relance au secondaire en formation professionnelle – 2012

Pour connaître les établissements qui offrent ce programme, consultez l’Inforoute de la formation professionnelle et technique.

Voir la liste complète des formations gagnantes de 2014 au niveau professionnel


Cet article est tiré du guide Les carrières d’avenir 2014.

Partager