Navigation des articles

equipe-jobboom

Carrières d’avenir : Sciences de l’informatique

html

Aperçu des perspectives d’emploi et débouchés pour les diplômés du baccalauréat en informatique et sciences de l’informatique.

Les diplômés en sciences de l’informatique n’ont aucun mal à trouver du travail.

Les effets de l’éclatement de la bulle Internet sont bel et bien choses du passé. Nous vivons désormais le phénomène contraire, puisqu’il y a assez de travail, mais pas suffisamment de diplômés pour répondre aux offres.

Il y a une telle effervescence autour des téléphones intelligents et des tablettes que de nombreuses compagnies recherchent des développeurs spécialisés dans ce type d’outils.

Profil recherché

Les informaticiens doivent savoir ­poser les bonnes questions afin de comprendre les besoins de leur clientèle et être capables de les projeter ensuite dans un outil informatique.

La débrouillardise leur est essentielle. Avec l’évolution constante des nouvelles ­technologies, les étudiants ne peuvent pas tout apprendre à l’université et doivent s’adapter rapidement à de nouveaux outils.

Les informaticiens qui possèdent une formation complémentaire, en physique ou en gestion par exemple, sont très recherchés. Cela leur permet de mieux analyser les besoins de leurs clients avant de concevoir leurs systèmes informatiques et fait d’eux de meilleurs chefs d’équipe.

Perspectives

Avec l’arrivée de l’infonuagique, entre autres, les futurs informaticiens devront faire preuve d’une grande capacité d’adaptation pour assurer le développement et la sécurité des nouveaux systèmes d’information.

Cela vaut dans tous les secteurs d’activité, puisque les informaticiens sont demandés dans le privé comme dans le public afin de développer des logiciels qui serviront, par exemple, à concevoir les bases de données de Statistique Canada.

Pour ceux qui souhaitent s’expatrier, des places sont également à prendre à l’international, par exemple au sein d’importants groupes tels Microsoft, CGI ou IBM.

Plus d’information

Statistiques

Comment interpréter l’information

Nombre de diplômés : 512
Diplômés en emploi : 85,8 %
À temps plein : 97,8 %
En rapport avec la formation : 29,9 %
Aux études : 10,1 %
Taux de chômage : 3,2 %
Salaire hebdomadaire moyen : 1 085 $

Source : La Relance à l’université – 2013

Partager