Navigation des articles

equipe-jobboom

Carrières d’avenir : Chiropratique

chiro

Perspectives d’emploi et débouchés pour les diplômés du doctorat en chiropratique.

Les chiropraticiens soulagent la douleur qui touche les nerfs, les articulations et les muscles. La profession est de plus en plus connue et l’intérêt de la population pour les traitements qui soulagent la douleur sans médication est très grand. Le besoin de chiropraticiens est constant depuis de nombreuses années.

L’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) est le seul établissement à offrir le doctorat de 1er cycle en chiropratique.

Profil recherché

Les chiropraticiens travaillent debout et utilisent leurs mains ou divers instruments, ce qui requiert une bonne forme physique et une grande dextérité manuelle.

Un bon esprit de synthèse est aussi nécessaire pour traduire les connaissances en pratique. Faire preuve d’écoute et d’empathie est important pour œuvrer auprès de gens souffrants.

Le sens de l’entrepreneuriat est aussi un atout. Qu’ils ouvrent ou non leur propre clinique, les chiropraticiens doivent avoir les habiletés essentielles pour gérer leur budget et bâtir leur clientèle.

Perspectives

Une fois le doctorat terminé, les diplômés doivent réussir les trois examens du Conseil canadien des examens chiropratiques et satisfaire aux exigences de l’Ordre afin d’obtenir leur permis d’exercer. Ils deviennent alors travailleurs autonomes et, à défaut d’ouvrir leur propre clinique, peuvent se faire engager au sein de cliniques privées existantes.

La plupart des diplômés choisissent d’exercer en clinique privée, mais d’autres avenues s’offrent à eux. Certains contribuent à l’enseignement, alors que d’autres se tournent vers la recherche. Un petit nombre se spécialise en orthopédie, en radiologie diagnostique, en sciences cliniques ou en chiropratique sportive.

Il faut être membre de l’Ordre des chiropraticiens du Québec pour porter le titre de chiropraticien.

Plus d’information

Statistiques

Comment interpréter l’information

Nombre de diplômés : 40
Diplômés en emploi : 90,5 %
À temps plein : 73,7 %
En rapport avec la formation : 100,0 %
Aux études : 9,5 %
Taux de chômage : 0,0 %
Salaire hebdomadaire moyen : n.d.

Source : La Relance à l’université – 2013

Découvrez une centaine de formations gagnantes offrant d’excellentes perspectives d’emploi dans notre section Carrières d’avenir.
Partager