Navigation des articles

equipe-jobboom

Carrières d’avenir : Chaudronnerie

chaudronnerie

Perspectives d’emploi et débouchés pour les diplômés du DEP Chaudronnerie.

Un chaudronnier fabrique, assemble, entretient et répare des chaudières, des cuves, des réservoirs, des échangeurs de chaleur, etc. Il travaille notamment dans les usines des industries chimique et pétrolière ainsi que dans les centrales hydrauliques et nucléaires.

Le Centre de formation des métiers de l’acier, situé à Montréal, est le seul établissement à offrir le DEP Chaudronnerie au Québec. Le centre travaille de concert avec la Commission de la construction du Québec afin de former le bon nombre de diplômés en fonction des besoins en main-d’œuvre pour les deux années qui suivent.

Profil recherché

Une bonne dextérité manuelle et une grande débrouillardise sont des atouts. Sur papier, les travaux planifiés vont toujours bien. Mais lorsque les pièces d’équipement arrivent au chantier, elles ne s’installent pas forcément comme prévu. Alors, il faut savoir improviser en utilisant de nouvelles techniques, en créant de nouveaux outils ou en modifiant les pièces d’équipement.

Il faut aussi s’attendre à effectuer de longues journées de travail.

Perspectives

Une fois la formation terminée, le diplômé doit travailler 6 000 heures sous la supervision d’un compagnon à titre d’apprenti. Après avoir réussi l’examen de qualification, il obtient son statut de compagnon et peut superviser des apprentis à son tour.

Le chaudronnier peut aussi obtenir une certification interprovinciale (Sceau rouge) qui lui permet de pratiquer son métier ailleurs au Canada, notamment dans les provinces de l’Ouest, où la demande est grande.

Plusieurs possibilités d’avancement s’offrent au chaudronnier d’expérience, entre autres en gestion, en santé et sécurité, en planification des travaux, en contrôle de la qualité et en enseignement.

Plus d’information

Statistiques

Comment interpréter l’information

Nombre de diplômés : 18
Diplômés en emploi : 92,9 %
À temps plein : 92,3 %
En rapport avec la formation : 100 %
Aux études : 0 %
Taux de chômage : 7,1 %
Salaire hebdomadaire moyen : 1 603 $

Source : La Relance au secondaire en formation professionnelle – 2013

Pour connaître les établissements qui offrent ce programme, consultez l’Inforoute de la formation professionnelle et technique.

Découvrez une centaine de formations gagnantes offrant d’excellentes perspectives d’emploi dans notre section Carrières d’avenir.
Partager