Navigation des articles

julie-leduc

Brise d’espoir en Gaspésie

La Gaspésie consolide sa position de leader provincial en énergie éolienne et tente d’attirer davantage de touristes.

La Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine a bien résisté à la dernière récession grâce à une diversification économique amorcée depuis le début des années 2000. «La crise, on l’a vécue cinq ans avant les autres régions, avec la fermeture des papetières, des mines et avec la crise forestière», affirme Roger Cyr, directeur régional du ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation.

Malgré tout, la région conserve le taux de chômage le plus élevé du Québec, avec près de 15,9 % de chômeurs en 2009. «Même s’il reste fort, c’est le taux de chômage le plus bas enregistré pour la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine», nuance Faoziat Akanni, économiste à Emploi-Québec, qui estime qu’il devrait encore baisser en 2011.

La grande faiblesse de la région tient dans le manque de qualification de sa main-d’œuvre : c’est le plus important bassin de personnes non diplômées de la province.

Les services sont la principale source d’emplois de la région; ils occupent près de quatre travailleurs sur cinq. D’ici 2012, 40 % des nouveaux emplois proviendront du secteur de la santé. De leur côté, les nombreux centres d’appels, comme celui du ministère du Revenu, à Chandler, qui a embauché une vingtaine de personnes en 2010, continuent de générer de l’emploi.

La région tente aussi d’attirer et surtout de retenir les touristes grâce à la création d’infrastructures récréotouristiques, comme le Sentier international des Appalaches, et l’amélioration du niveau des hébergements. Mélissa Plourde, directrice générale de la Chambre de commerce et de tourisme de Gaspé, affirme que 2010 a été une année record en matière de fréquentation touristique. De plus, les investissements au port de Gaspé ont permis d’augmenter le nombre de bateaux de croisière : plus de 15 000 croisiéristes ont débarqué, comparativement à 10 000 en 2009.

À signaler

  • Si son usine pilote d’extraction d’alumine à Cap-Chat se révèle une réussite, la société Exploration Orbite construira une usine commerciale en 2011 à Grande-Vallée, près du gisement d’alumine, dont l’exploitation fournira du travail à plus de 100 personnes.
  • Gaz propane Rainville implantera des infrastructures d’accueil, de stockage et de distribution gazière au port de Gaspé, ce qui générera une quinzaine d’emplois. Les activités au terminal propanier devraient débuter d’ici 2013-2014.
  • L’entreprise KR Vent de Murdochville, spécialisée dans l’entretien d’éoliennes, se lance dans la construction d’éoliennes. Elle embauchera de 15 à 30 techniciens, selon les contrats.
  • L’entreprise Thirau de Victoriaville, spécialisée dans le transport d’électricité, a obtenu un contrat de 35 millions de dollars pour relier les parcs éoliens de la région au réseau d’Hydro-Québec. Environ 200 travailleurs seront engagés pour les travaux, qui devraient durer jusqu’en juillet 2011

Une zone d’excellence pour l’éolien //

La région se positionne comme un centre d’expertise en énergie éolienne grâce à la création, d’ici mars 2011, du Centre québécois de formation en maintenance d’éoliennes au Cégep de la Gaspésie et des Îles. Par ailleurs, six parcs éoliens sont en construction ou sur le point de l’être.

Entre 100 et 200 travailleurs seront occupés sur chacun de ces chantiers en 2011 et une dizaine d’emplois par parc seront créés pour leur exploitation.

L’installation du fabricant de turbines d’éoliennes allemand REpower dans la région donnera du travail à plusieurs entreprises : Marmen Énergie à Matane, LM Wind Power à Gaspé et Woodward SEG à New Richmond. Cela a permis à ces dernières de consolider plus de 250 emplois et d’en créer près de 130.

La pêche se redéfinit //

L’année 2010 a mal commencé pour le secteur des pêches, avec la réduction de 60 % des quotas pour le crabe des neiges. Cette situation a toutefois forcé les usines de transformation des produits marins à diversifier leur production avec le homard ou le maquereau. La période de travail a ainsi été allongée pour les saisonniers et une centaine d’emplois ont été créés pendant la haute saison.

Tendances démographiques

La région a la moyenne d’âge la plus élevée de la province, avec 44,5 ans, comparativement à 40,5 ans pour le Québec. Ce vieillissement risque de poser des problèmes de recrutement, voire des pénuries de main-d’œuvre. «En Gaspésie, pour 100 personnes qui vont quitter le marché du travail dans les prochaines années, il n’y en aura que 71 pour les remplacer», souligne Faoziat Akanni, économiste à Emploi-Québec.

Après avoir connu une baisse démographique importante durant plusieurs années consécutives, la population semble se stabiliser. Le solde migratoire de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine s’améliore aussi progressivement. «De plus en plus de jeunes reviennent après leurs études, notamment grâce à l’augmentation du nombre des emplois qualifiés», se réjouit Mme Akanni. La région séduit, entre autres pour son cadre de vie. L’immigration internationale, quasiment inexistante jusqu’à maintenant, enregistre un bilan positif en 2010, puisqu’une cinquantaine de personnes se sont installées dans la région.

Recherchés

  • Agents de développement économique
  • Agents de services correctionnels
  • Ambulanciers et autre personnel paramédical
  • Assistants dentaires
  • Avocats et notaires
  • Comptables
  • Directeurs (commerce de détail)
  • Directeurs des ventes, du marketing et de la publicité
  • Éducateurs spécialisés
  • Ergothérapeutes
  • Infirmiers
  • Installateurs et réparateurs de matériel de télécommunications
  • Médecins spécialistes
  • Monteurs de lignes électriques et de câbles
  • Omnipraticiens et médecins en médecine familiale
  • Pharmaciens
  • Physiothérapeutes
  • Policiers
  • Professionnels des relations publiques et des communications
  • Psychologues
  • Spécialistes des ressources humaines
  • Techniciens de laboratoire médical
  • Technologues en radiation médicale
  • Travailleurs sociaux

Source : Emploi-Québec. Le marché du travail dans la région de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, Perspectives professionnelles 2009-2013, 2009.

Extrait tiré des Carrières d’avenir 2011.

commentez@jobboom.com

Partager