Navigation des articles

cecile-davan

Avez-vous ce qu’il faut pour travailler en sécurité informatique?

Avez-vous ce qu'il faut pour travailler dans le secteur de la sécurité informatique?

Photo : wavebreakmedia / Shutterstock

La sécurité informatique, ce n’est pas qu’une question de logiciels pare-feu et d’antivirus. Elle se décline aujourd’hui en une multitude de professions exigeantes mais passionnantes, qui ouvrent la voie à de véritables carrières. Voici comment développer une expertise dans ce domaine.

Il est aujourd’hui devenu indispensable pour les entreprises d’investir dans la sécurité informatique, pour plusieurs raisons :

  • La multiplication des fraudes par Internet, des actes de sabotage, de l’espionnage industriel et technologique.
  • Le nomadisme des travailleurs qui peuvent accéder aux données de l’entreprise sur des équipements externes parfois peu sécurisés.
  • L’adoption, par les entreprises, ces cinq dernières années, de solutions infonuagiques (cloud, en anglais) afin de réduire les coûts d’infrastructure, et la sous-traitance de ces solutions par des fournisseurs externes, ce qui multiplie le risque de sécurité lors du transport, mais aussi lors du stockage des données.
  • L’apparition de l’Internet des objets (Internet of Things – IOT) qui accroît et complexifie le risque de sécurité.
  • La nécessité de respecter les nouvelles réglementations sur la sécurité des informations.

Des métiers variés et exigeants

Les métiers de la sécurité se sont développés à partir des quatre principes de la sécurité : la confidentialité, l’intégrité, la disponibilité et la non-répudiation (principe selon lequel, lors d’une transaction informationnelle, aucune des parties impliquées ne peut nier cette implication).

Plusieurs domaines d’intervention découlent de ces principes : l’analyse et le diagnostic (auditeurs sécurité), la conception de stratégies et la mise en place de procédures et de bonnes pratiques (architectes, consultants, experts en sécurité), la gestion des accès et des identités, ou GIA (administrateurs système et réseaux) et le respect et l’application de la réglementation de la sécurité de l’information (juristes spécialisés).

Sachez qu’un bon spécialiste de la sécurité est un spécimen rare, parce qu’il doit répondre à de nombreuses exigences. Conséquemment, ces professionnels sont généralement bien rémunérés.

Non seulement faut-il posséder des compétences techniques (systèmes, réseaux, architecture, programmation, bases de données), mais il faut également faire preuve de diplomatie et d’une grande capacité à convaincre vos interlocuteurs du bien-fondé d’une démarche sécuritaire au sein de l’entreprise. Vous devrez aussi être à l’aise en vulgarisation et en formation, car la sécurité est l’affaire de tous.

Les spécialistes sécurité sont parfois considérés comme des obstacles à la bonne marche des affaires, mais dans le cas d’un bris de sécurité, on aura tôt fait de se tourner vers vous…

Des métiers passionnants

En constante évolution, ce domaine apporte son lot de nouveautés, de résolutions d’énigmes et d’adrénaline et vous placera à l’avant-garde des technologies de l’information.

La veille technologique fait d’ailleurs partie intégrante de ces métiers. Si vous faites preuve de curiosité, de rigueur, de débrouillardise, de sang-froid et d’humilité, vous avez les qualités requises.

Pour accroître vos connaissances, valider vos compétences et votre expérience, vous serez aussi amené à acquérir des certifications, très prisées dans ce domaine. Enfin, les métiers de la sécurité offrent de vraies perspectives de carrière, du poste le plus technique au poste le plus stratégique.

cecile-davan
Cécile Davan

Cécile Davan compte près de 15 ans d’expérience en gestion des ressources humaines et en recrutement, dont quatre spécifiquement dans le domaine des TI, tant au Québec qu’à l’international. Elle se consacre aujourd’hui à son entreprise de rédaction Nom d’une Plume!, qui accompagne notamment les chercheurs d’emploi dans la mise en valeur de leur profil professionnel et la rédaction de leur CV.

Voir ses derniers articles »

Partager