Navigation des articles

marie-claude-marsolais

Amoureux dans la vie, comme dans les affaires

Mariés depuis seize ans, André et Sylvie Loiseau ont ouvert il y a trois ans le resto Carte Blanche à Montréal. Si les affaires et les amours vont bien, rien n’est pourtant facile!

«À la maison, mon mari est désordonné, dit Sylvie, qui s’occupe plutôt de l’administration du resto. Ce trait de caractère, j’ai trouvé ça très lourd quand on s’est lancé en affaire. En tant que chef, il doit aller au marché pour approvisionner la cuisine. Du coup, il a parfois des factures de fournisseurs à gérer. Pendant un an, je devais lui répéter tous les jours de faire attention, de bien classer sa paperasse. J’en ai presque fait une dépression!»

André ne le cache pas, la première année a été difficile pour le couple. «Au début, on ne parlait que business. Quand notre fille nous a dit qu’elle ne voulait plus entendre parler du resto, on a réalisé que ça prenait trop de place à la maison.»

La part des choses

Pour régler la situation, Sylvie a décidé de réserver une heure par jour pour jaser affaires avec Alain, au restaurant. «Je lui parle des factures à régler, des réparations à effectuer. Je me permets aussi de lui donner des conseils sur ses nouvelles tables d’hôte.»

André s’est lancé en affaires avec sa femme parce qu’il lui portait une confiance aveugle. Il a donc rarement des choses à redire sur son boulot. Il a aussi appris qu’il valait mieux écouter ses conseils. «J’ai réalisé que j’avais deux solutions : soit je mets de l’eau dans mon vin et je la laisse marcher un peu sur mes plates-bandes, soit on s’engueule sans arrêt. Le choix est clair. Et puis finalement, ses conseils ne sont pas si mal!»

Partager