Navigation des articles

melissa-turcotte

Comment survivre au passage de l’école au marché du travail?

Comment adoucir le passage de l’école au marché du travail ?

Photo : Rawpixel.com / Shutterstock

Si vous êtes un jeune diplômé, il y a fort à parier que vous attendiez avec impatience le moment de récolter enfin les fruits de votre travail acharné sur les bancs d’école. Un premier emploi, c’est souvent synonyme de défis stimulants et de réalisations plus concrètes. C’est l’entrée dans la vie adulte, avec tout ce que cela comporte d’espoirs.

Pour plusieurs, cette période de grands changements s’avère décevante, voire frustrante. Plusieurs raisons peuvent être à la source de ce malaise : premier emploi ne correspondant pas à ses intérêts ou exigences, idéaux déçus, difficulté à dénicher un travail sans expérience dans votre domaine, etc.

Il se peut alors que vous remettiez tout en question, y compris votre choix de domaine d’études.

Comment expliquer une insatisfaction si prononcée autrement que par un mauvais choix de carrière?
En réalité, plusieurs autres facteurs peuvent expliquer votre déception. Voici trois situations typiques, accompagnées de clés pour passer à l’action et remédier à votre malaise.

1. L’adaptation au chaos du marché du travail

Comparativement au milieu scolaire, le marché du travail se distingue par un rythme plus rapide et des exigences qui varient d’un milieu à l’autre (et même d’un patron à l’autre!). Le facteur «humain» prend beaucoup de place et le travail en équipe est quotidien.

Le marché du travail est aussi plus imprévisible. Personne n’est à l’abri d’un coup dur comme une perte d’emploi.

La difficulté d’adaptation au marché du travail est l’une des raisons majeures de consultation en orientation. Il est judicieux d’aller chercher de l’aide afin d’identifier non seulement si votre domaine convient réellement à vos besoins, mais aussi quelles sont vos pistes de développement pour mieux vous adapter à votre nouvelle réalité.

Pour certains, il peut s’agir d’apprendre à gérer le stress de performance (surtout en début de carrière, période charnière où l’on désire fortement faire nos preuves). Pour d’autres, cela peut passer par le développement de sa capacité à poser clairement ses limites personnelles (pour éviter de se retrouver dans un cercle vicieux susceptible de mener à l’épuisement).

2. La perte des illusions et idéaux

Avant l’obtention de votre premier emploi, vous aviez peut-être des attentes élevées quant aux conditions de travail ou à vos objectifs de carrière, comme le fait d’obtenir un poste de gestion en moins de cinq ans, par exemple.

Il se peut aussi que vous soyez déçu de constater que votre vision du travail ne soit pas partagée par vos nouveaux collègues. Le marché du travail est en effet rempli de contraintes, qui sont bien souvent associées à une vision plus pragmatique qu’idéaliste.

Dans ce type de situation, identifiez une zone de compromis acceptable face à ce qui vous préoccupe. Peut-être pourriez-vous définir un moyen concret de défendre ce en quoi vous croyez au sein de votre entreprise, via un mandat ou projet spécifique. Peut-être aussi pourriez-vous viser ce poste de niveau intermédiaire qui vous permettrait de développer les compétences qui vous manquent pour atteindre vos objectifs.

3. La réduction des choix possibles

Une fois les études terminées et le premier boulot obtenu, les responsabilités augmentent généralement assez rapidement. Il se peut alors que vous vous sentiez pris au piège, privé des possibilités qui s’offraient à vous auparavant. Un retour aux études, bien qu’envisageable, entraînerait alors des sacrifices.

La solution ne passe pas forcément pas un changement d’emploi, encore moins par un changement de carrière. S’il s’agit d’une option parmi d’autres, il est possible de transformer son emploi de l’intérieur! Cela peut passer par une discussion franche avec vos patrons à propos de vos sources de satisfaction au travail et les défis qui vous stimuleraient dans l’avenir. Avant de penser à quitter le bateau, ça vaut le coup d’essayer!

L’entrée sur le marché du travail se compare parfois à un atterrissage abrupt sur une planète dont vous ne connaissez que très peu de choses, hormis ce que d’autres ont pu vous raconter. Bien qu’imparfaite, cette planète recèle des trésors cachés que vous ne sauriez découvrir sans une exploration «sur le terrain».

Au fil de vos expériences, sachez vous poser les bonnes questions pour avancer de manière réfléchie et assurée, en conservant cette étincelle de passion si précieuse et caractéristique des jeunes diplômés.

melissa-turcotte
Mélissa Turcotte

Mélissa Turcotte est conseillère d'orientation chez BrissonLegris, révélateurs de potentiel, une firme spécialisée en orientation, consultation et conception. L’entreprise aide les organisations et les individus de tous âges à planifier et développer leur parcours professionnel.

Voir ses derniers articles »

Partager

Une réflexion au sujet de « Comment survivre au passage de l’école au marché du travail? »

  1. Ping : Comment adoucir le passage de l’école au marché du travail ? - Brisson Legris

Les commentaires sont fermés.