Navigation des articles

simon-granger

6 choses que les nouveaux arrivants doivent savoir sur le marché de l’emploi en TI au Québec

Immigrants regardant un babillard d'offres d'emploi

Photo : Sylviane Robini / Immigrant Québec

Le domaine des technologies de l’information et des communications est l’un des plus dynamiques au Québec. Avec sa forte croissance, c’est une porte d’entrée intéressante pour les immigrants et nouveaux arrivants cherchant à intégrer le marché du travail québécois. Comment préparer sa recherche d’emploi dans ce secteur?

Anne-Marie Deslauriers (Technologie Delan), Cécile Tortolano (Alten Canada) et Marina Medeiros (Insum Solutions), trois recruteuses spécialisées dans le milieu des TIC au Québec, répondent à quelques questions concernant la formation, la reconnaissance de l’expérience et les stratégies de recherche d’emploi pour les immigrants.

Quelle importance accordent les recruteurs à la formation par rapport à l’expérience?
La formation est valorisée, mais ce qui compte avant tout, c’est l’expérience. Comme la main-d’oeuvre en TI se fait rare et que les entreprises recherchent des compétences très précises, c’est ce que les recruteurs vont regarder en premier dans les CV.

Quelle est la première chose qu’un immigrant devrait faire avant même de commencer sa recherche d’emploi?
Avant toute chose, il est important de bien connaître le marché du travail, ainsi que ses compétences techniques et ses habiletés personnelles. Ces compétences doivent être clairement inscrites dans le CV pour que le recruteur puisse reconnaître rapidement les aptitudes qu’il recherche.

Quelle est l’erreur la plus fréquente dans le CV d’un immigrant?
Certaines personnes regroupent les technologies maîtrisées dans un seul bloc plutôt que de les préciser pour chacun des postes occupés. Mieux vaut préciser les technologies utilisées pour chacune des expériences antérieures pour que le recruteur sache si leur connaissance est récente ou pas.

Est-il essentiel d’avoir une expérience québécoise sur son CV?
C’est certainement un atout, car cela montre une certaine connaissance du marché du travail et des entreprises du secteur, mais ce n’est pas indispensable. Dans un contexte de rareté de la main-d’oeuvre, tout le monde peut avoir sa chance, même sans expérience locale.

Quelle est la meilleure façon de décrocher une première expérience au Québec?
Une bonne façon de décrocher une première expérience est d’accepter un emploi temporaire, comme un contrat de courte durée, même si cet emploi est en dessous de nos capacités. Cette expérience facilitera ensuite la recherche d’un emploi dans un domaine plus ciblé.

Quel est le meilleur moyen de prendre contact avec des recruteurs québécois?
Le meilleur moyen de se mettre dans la mire des recruteurs est de participer à des événements de réseautage et des événements de recrutement comme les salons de l’emploi, ou encore de les contacter directement par des sites de réseautage professionnel comme LinkedIn.

Aussi à lire

Cette capsule a été tournée lors du Salon de l’immigration et de l’intégration au Québec, édition 2015.

simon-granger
Simon Granger

Simon Granger s'intéresse aux enjeux touchant la formation, l'orientation professionnelle et l'accession au marché du travail. Il aime le café filtre, le point-virgule et les mots croisés.

Voir ses derniers articles »

Partager