Navigation des articles

frechette-lessardetall

4 moyens de minimiser les interruptions au travail

grand_derangement

Vous aimez beaucoup vos collègues, mais vous seriez tellement plus efficace sans eux!

Un courriel par-ci, un appel par-là, les bavards qui font irruption dans votre bureau pour s’épancher sur leur fin de semaine… Sans vouloir mal faire, vos collègues vous interrompent plusieurs fois par jour et torpillent votre concentration.

Et parions que vous êtes tout aussi coupable à l’occasion.

René-Louis Comtois, formateur et président de Formations Qualitemps, propose des pistes pour minimiser les interruptions au travail.

  • Montrez la voie
    Plutôt que de déranger Manon aux comptes payables chaque fois qu’une question vous vient à l’esprit, attendez d’en avoir recueilli quelques-unes et entendez-vous avec elle sur un moment opportun pour passer à son bureau. En cessant d’interrompre vos collègues à tout bout de champ, vous les encouragez peut-être à faire de même.
  • Suggérez le regroupement des communications
    Si votre exemple ne suffit pas à inspirer vos collègues, proposez plus clairement que toute l’équipe gagnerait en productivité en attendant d’avoir accumulé quelques interrogations/réflexions/idées avant de les partager.
  • Signalez que vous êtes occupé
    Rien ne vous empêche de signifier à un collègue que le moment est mal choisi pour vous interrompre. Mais mieux vaut le dire d’entrée de jeu. Cinq minutes après le début de la conversation, vous risquez de l’insulter.
  • Soyez discipliné
    Ne vous laissez pas déranger en répondant au téléphone ou en recevant vos courriels à tout moment. Selon vos fonctions, choisissez une fréquence à laquelle prendre vos courriels (une fois par heure, par exemple, ou quatre fois par jour) et tenez-vous-y, plutôt que d’être interrompu à chaque nouveau message. En période de grande concentration – ou quand vous discutez avec un collègue – laissez votre boîte vocale prendre vos appels.
Partager