Navigation des articles

16 % de femmes dans les C.A.

16 % de femmes dans les C.A.

Banque

Les femmes se taillent tranquillement une place dans les conseils d’administration des grandes entreprises canadiennes, mais la parité est tout de même loin d’être atteinte.

L’organisme pour l’avancement des femmes Catalyst Canada a analysé la composition du conseil d’administration (C.A.) des 500 plus grandes entreprises canadiennes, selon le palmarès 2013 du Financial Post (FP500). Les femmes comptent désormais pour 16 % des administrateurs des grandes sociétés, alors que ce taux se situait à 14 % il y a quatre ans.

C’est dans les sociétés cotées en bourse que la croissance de la présence féminine a été la plus importante au cours des deux dernières années. Cette proportion se fixe aujourd’hui à 12 %, en hausse de 2 %. Ce type d’organisation est cependant celui qui accusait le plus de retard en la matière.

Catalyst Canada note que les femmes sont davantage présentes dans les conseils d’administration des entreprises de service (23 %). Elles se font toutefois plus rares dans les secteurs de l’extraction minière, de l’exploitation en carrière, et de l’extraction de pétrole et de gaz (7 %).

Par ailleurs, un peu plus du tiers des sociétés figurant au top 500 ne compte aucune administratrice au sein de leur CA. C’est entre autres le cas des entreprises québécoises Genivar, Pomerleau et Reitmans.

Le cas du Québec

Avec un taux de représentation féminine de près de 20 %, le Québec arrive au premier rang des provinces qui comptent au moins 10 entreprises au palmarès du Financial Post.

La loi québécoise, qui exige la parité homme-femme dans les conseils d’administration des sociétés d’État depuis décembre 2011, y est probablement pour beaucoup. Parmi les organisations du FP500 qui comptent le plus d’administratrices au Canada se trouvent plusieurs sociétés d’État québécoises, dont la Société Immobilière du Québec, Hydro-Québec, Loto-Québec, la Société des alcools du Québec et la Société de transport de Montréal.

Les entreprises québécoises Québecor et Groupe Jean Coutu sont également tout près de la parité.

Catalyst Canada met les organisations canadiennes au défi d’atteindre un taux de représentation féminine de 25 % d’ici 2017.

À lire également:
MBA : salaires moindres pour les femmes
Les patronnes disent travailler plus que les patrons